bj.blackmilkmag.com
Nouvelles recettes

Les buveurs français admettent qu'ils ne connaissent pas grand-chose au vin

Les buveurs français admettent qu'ils ne connaissent pas grand-chose au vin


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Un récent sondage réalisé par un magazine français a révélé que près de trois buveurs d'alcool français sur quatre ne connaissent pas grand-chose au vin

Peut-être que le vin ne devrait pas être la boisson nationale alors ?

La France peut être considérée comme la capitale mondiale du vin, mais cela ne veut pas dire que ses habitants en savent rien. UNE récent sondage par le magazine français du vin, Terre de Vins, a constaté que la plupart des buveurs d'alcool français sont plus susceptibles de dire "Je ne sais pas" que de pouvoir distinguer un taxi d'un merlot. Dans l'enquête, 71% des personnes interrogées ont admis qu'elles ne connaissaient pas grand-chose au vin et 43% ont déclaré ne rien savoir du tout. Pendant ce temps, seulement trois pour cent de la population se considéraient comme bien informés sur le sujet.

Sans surprise, le sondage a également révélé que les personnes instruites étaient plus susceptibles de connaître le vin que les membres de la classe ouvrière, ce qui montre que même dans la capitale mondiale du vin, c'est toujours une boisson de la classe supérieure.

"Cela prouve que l'apprentissage du vin est perçu comme encore très élitiste dans la société française et aussi un sentiment - réel ou supposé - que les ménages au pouvoir d'achat limité ne peuvent pas se permettre des vins de qualité", a déclaré un porte-parole de l'entreprise qui a organisé l'enquête.

Mais même si les Français ne connaissent pas grand-chose à leur vin, ils en boivent certainement beaucoup. La France consomme troisième vin le plus au monde, selon l'Institut du vin de Californie.

Pour les derniers événements dans le monde de la nourriture et des boissons, visitez notre Actualités culinaires page.

Joanna Fantozzi est rédactrice en chef adjointe de The Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @ JoannaFantozzi


Augmenter les saveurs fruitées de votre vin

Je me demandais juste si vos arômes de liqueur pourraient être ajoutés à un vin de fruits en tant qu'additif aromatisant pour le vin & #8230 pour une saveur un peu plus forte & #8230 Notre vin de mûre, de l'année dernière, n'est pas vraiment fruité & #8230. et je me demandais si cela lui donnerait un coup de pouce de saveur…

Pour répondre à votre question, oui, vous pouvez utiliser ces arômes de liqueur comme additifs aromatisants pour le vin pour augmenter la saveur de votre vin. Il est recommandé de ne pas ajouter plus d'une bouteille d'arôme pour chaque cinq gallons. Ces arômes d'extraits sont très forts et doivent être utilisés avec précaution. L'ajout de plus d'une ou deux bouteilles peut apporter un arrière-goût amer au vin.

L'un des conseils de vinification que je dis aux gens lors de l'utilisation de tout type d'extrait ou d'additif aromatisant pour le vin est que l'impression de pleine saveur ne prend généralement pas effet immédiatement. Il faut un peu de temps pour que l'arôme des extraits se marie avec le vin. Il est recommandé de laisser le vin reposer une journée pour que les saveurs se mélangent avant de prendre la décision d'ajouter plus d'arômes.

Avant de décider d'ajouter des arômes de liqueur à votre vin, il y a un point que j'aimerais soulever. L'une des choses qui peuvent vous décourager en tant que vigneron à domicile, en particulier si vous commencez tout juste à apprendre à faire votre propre vin, c'est de découvrir les saveurs d'un vin. sec vin de fruits. Sec signifie que le vin n'a pas de goût sucré, ce qui est normalement le cas après la fermentation, si la fermentation s'est terminée avec succès.

L'un des effets de la sécheresse sur un vin est qu'elle réduit l'impression fruitée. Lorsque tous les sucres ont été fermentés à partir du jus de fruit, il prend un tout autre caractère.

La raison pour laquelle je soulève cette question est que, pour augmenter les saveurs fruitées du vin, il suffit peut-être d'y ajouter un peu de douceur et de rétablir l'équilibre du vin. Cela se fait simplement en ajoutant un mélange de sirop de sucre et d'eau au vin jusqu'à ce que l'effet souhaité soit atteint.

Un stabilisateur du vin tel que le sorbate de potassium devra également être ajouté pour empêcher la reprise de la fermentation. C'est quelque chose qui devrait être fait au moment de la mise en bouteille.

Même si vous aimez vos vins secs, ajouter du sucre au vin pour le rendre un peu moins plissé peut faire ressortir une quantité substantielle de fruité, alors n'excluez jamais de sucrer un vin, quels que soient vos goûts personnels.

Apprendre à faire des ajustements à un vin avant la mise en bouteille est une grande partie de la vinification à domicile. En utilisant des outils tels que des additifs aromatisants pour le vin, vous pouvez augmenter la saveur et le plaisir de vos vins faits maison.

Bonne vinification,
Ed Kraus
—–
Ed Kraus est un brasseur/vigneron à domicile de 3e génération et est propriétaire d'E. C. Kraus depuis 1999. Il aide les particuliers à faire de meilleurs vins et bières depuis plus de 25 ans.


Qui tue les grands vins de France ?

L'idée que le vin français est tombé entre les mains des philistins trouvera certainement un public lorsque le documentaire "Mondovino" sortira dans les salles de Los Angeles le 29 avril. Le réalisateur Jonathan Nossiter insiste sur cette idée pendant deux heures, 17 minutes et 11 secondes, en réduisant et aller-retour entre des traditionalistes croustillants en pulls usés et pantalons à bretelles qui aiment absolument le terroir et leurs contraires spirituels: des pragmatiques fumants à la chaîne dans des voitures de luxe qui colportent des méthodes modernes de manipulation du vin.

"Mondovino" est beaucoup de choses subtiles, cependant, n'en fait pas partie.

00 h 00, le 03 mars 2005 Pour l'enregistrement
Los Angeles Times jeudi 03 mars 2005 Édition d'accueil Nouvelles principales Partie A Page 2 Bureau national 1 pouces 44 mots Type de matériel : Correction
Vin français -- Un graphique avec un article sur le vin français dans la section Food de mercredi a surestimé la quantité d'exportations. Le chiffre de 1999 aurait dû être de 1,6 milliard de litres et non de 160 milliards. Le chiffre de 2004 aurait dû être de 1,42 milliard de litres, et non de 142,1 milliards.
Pour l'enregistrement
Los Angeles Times Mercredi 09 mars 2005 Édition familiale Nourriture Partie F Page 3 Caractéristiques Bureau 1 pouces 45 mots Type de matériel : Correction
Vin français -- Un graphique avec un article sur le vin français dans la section Alimentation de la semaine dernière a surestimé la quantité d'exportations. Le chiffre de 1999 aurait dû être de 1,6 milliard de litres et non de 160 milliards. Le chiffre de 2004 aurait dû être de 1,42 milliard de litres, et non de 142,1 milliards.

La filière vitivinicole française est en crise. Plus à l'aise de se prélasser dans la tradition que de la remettre en cause, les vignerons français repensent les règles qui régissent l'élaboration et la dénomination de leurs vins, les raisins qu'ils cultivent et leur mode de culture. Même le look de leurs étiquettes de vin est reconsidéré. Le gouvernement français se démène pour promouvoir ses vins en Amérique, même - haletant - envisageant une campagne publicitaire sur Madison Avenue. (Le Champagne en a déjà un, et c'est la seule région française pour laquelle les ventes grimpent réellement.)

Le débat au cœur de "Mondovino" - un débat qui fait rage dans les régions viticoles de France - ne semble être qu'un bras de fer entre l'art et le commerce. Ces contrastes frappants deviennent flous dans la lumière grise du vrai problème : le monde n'achète pas assez de vin français. Les forces du marché ne sont pas connues pour encourager l'individualité - Velveeta se vend mieux que Taleggio. Mais pour la première fois dans l'histoire du vin français, les exigences du marché mondial sont un fait incontournable.

« Il a fallu du temps à nos producteurs pour comprendre qu'il y a un problème », déclare Christian Berger, conseiller agricole à l'ambassade de France à Washington, DC Et même maintenant qu'ils ont accepté ce fait, « il n'y a pas du tout d'unanimité sur ce qu'il faut faire.

Le vin occupe une place importante dans le paysage économique français. Représentant 12 % de la production agricole française, il représente 9,9 milliards de dollars du produit intérieur brut du pays. Les ventes de vins français dans le monde s'érodent progressivement depuis des années. La situation est devenue une crise l'année dernière lorsque les exportations de vins (hors Champagne) ont chuté de 6,7% en volume et de 9,2% en valeur dans la foulée des ventes de 2003, jugées moroses, selon la Fédération française des exportateurs de vins et spiritueux.

Pire encore, la consommation de vin en France est tombée à des creux historiques, le pays buvant deux fois moins de vin par habitant qu'en 1960. Une campagne fédérale agressive contre la conduite en état d'ébriété en est une partie, selon Berger. De nouvelles normes strictes, plus strictes que celles de la Californie, font réfléchir les Français à deux fois avant de prendre un deuxième verre de vin avec le dîner.

Mais le vrai problème, c'est qu'il y a trop de vin français. Dans l'espoir d'une solution rapide dans la région qui semble être la plus durement touchée, le gouvernement paie des viticulteurs de Bordeaux pour déchirer des vignobles marginaux et transformer le surplus de vin en alcool industriel. Jusqu'à présent, cependant, seulement 475 acres sur les 25 000 acres de vignobles ciblés ont été labourés. Le gouvernement prévoit de distiller 250 millions de litres de vin de l'abondant millésime 2004 en alcool, 10 fois plus de vin que ce qui serait distillé au cours d'une année typique, dont la plupart sont étiquetés Appellation d'Origine Contrôlée (AOC). Pourtant, cela ne suffira pas à absorber tout le surplus.

En définitive, c'est la structure de la filière viticole qui doit changer, selon René Renou, vigneron du Val de Loire et actuel président du puissant Comité National des Vins de l'AOC, l'organisme chargé de faire respecter la réglementation stricte du pays pour l'élaboration de vins haut de gamme. Renou a proposé une refonte radicale des règles de vinification du pays - les changements les plus radicaux depuis la codification de l'AOC en 1929 - pour donner aux vignerons une plus grande latitude dans la façon dont ils élaborent et vendent leurs vins.

« Les gens disent que je brûle l'histoire de France », ironise Renou. Mais peut-être que la meilleure analogie est la religion, dit-il, « comme lorsqu'ils ont changé la façon dont le prêtre dit la messe », en référence à la décision de l'Église catholique d'abandonner le latin pour les langues modernes dans les années 1960. Les ventes de vin français souffrent, dit-il, parce que la France n'a pas réussi à moderniser son industrie viticole.

Renou préconise de produire moins de vin AOC. Peut-être que 10% ne sont pas conformes aux normes minimales, dit-il. "Nous ne pouvons plus raconter la belle histoire du vin aux gens et ne pas la faire correspondre à ce qu'il y a dans la bouteille", dit-il.

Lorsqu'on lui a demandé combien de vin il aimerait voir retiré du marché, Renou fait marche arrière. « Nous sommes la France. Si vous poussez trop loin, les vignerons vont se révolter. Ils se mettent en grève et crient dans les rues. Les politiciens n'aiment pas ça. Bien qu'il n'y ait pas de calendrier formel pour examiner la proposition de Renou, il dit que le gouvernement français pourrait l'adopter dès cette année.

Cela prendra probablement plus de temps. "La France agit comme si elle avait toujours le monopole du vin et peut insister pour que les consommateurs apprennent notre histoire compliquée du vin", explique Renou. « Nous avons vécu pendant des siècles où le seul problème était de rendre le vigneron plus à l'aise. Aujourd'hui, notre problème est de rendre le client plus confortable. Ils achètent ce qu'ils veulent.

Et ils achètent des vins américains, australiens, chiliens, argentins et sud-africains ainsi que des vins améliorés d'Espagne et d'Italie. Pour 10 $, ces vins peuvent ne pas égaler le bon vin français, dit Renou, mais ils peuvent être très bons. Et du point de vue du consommateur américain -- Renou aime se référer à un acheteur d'une épicerie à Little Rock, Ark. -- ils sont infiniment plus faciles à comprendre.

« Une deuxième façon de comprendre le vin a été créée par le Nouveau Monde. Tout dépend du type de raisin, de la couleur, du sucre », explique-t-il. Autrement dit, il est plus facile de comprendre le Pinot Noir que de mémoriser les appellations de Bourgogne. « A Little Rock, le vin est un plaisir rapide et immédiat, pas de rêve, pas d'histoire, pas d'explication. Le Nouveau Monde est plus efficace. Les Français ne sont pas préparés à ce monde », dit-il.

L'Amérique compte parce que les États-Unis dépensent plus d'argent pour le vin importé que n'importe quel autre marché dans le monde. Et tandis que les ventes de vins français ont chuté en Amérique, la consommation globale ici augmente progressivement. Les Américains consomment maintenant chaque année environ 10 bouteilles de vin chacun, contre sept il y a 10 ans. Par rapport aux Français, qui boivent en moyenne 77 bouteilles par an, le marché américain a de la marge pour se développer.

La baisse de la valeur du dollar - un changement de 40 % au cours des trois dernières années - rend le marché américain de plus en plus difficile à naviguer. Ce qui était une bouteille de vin français à 10 $ en 2001 coûte maintenant 14 $, compte tenu de l'évolution du taux de change. Les vins hors d'Europe n'ont pas connu la même fluctuation des devises, ni les hausses de prix qui en ont résulté.

La plupart des viticulteurs français ont baissé leurs prix pour essayer de maintenir leurs vins à des prix compétitifs, selon les importateurs américains. Mais souvent cela ne suffit pas. "Avec le millésime 2000, j'ai vendu des milliers de caisses de vin de Bordeaux pour 7 $ la bouteille", explique Steve Winfield, un importateur basé à Los Angeles qui ne vend que des vins de Bordeaux. « Je recherche des vins du millésime 2003 que je peux vendre 7 $, et ils sont difficiles à trouver. Les marges de chacun sont réduites.

Il n'y a pas de crise pour les meilleurs vins français, dit Berger. « Au sommet du marché, les prix sont un peu fous, ils montent de plus en plus haut chaque année sans aucun problème pour vendre le vin. La difficulté est pour les segments d'extrémité moyen et inférieur. Le marché mondial du vin y est plus compétitif. Il y a plein de nouveaux producteurs.

Et pour ces vins, l'Amérique est le marché le plus important. "La majeure partie du marché est nouvelle pour le vin", explique Berger. « Ils n'y connaissent pas grand-chose et ils aiment apparemment les vins fruités avec beaucoup de sucre. Notre produit n'est pas aussi bien adapté à ce marché que, disons, le vin australien. Le vin français est plus subtil. Nous n'avons pas de grandes marques. Nos étiquettes sont difficiles à lire.

Les vignerons bordelais, dit Berger, ont été les critiques les plus virulents des changements proposés par Renou. Après des ventes record de son célèbre millésime 2000, « il a été difficile pour eux de redescendre sur terre », déclare Berger. « La situation est très tendue à Bordeaux.

Renou a proposé de diviser l'AOC en un niveau supérieur et un niveau inférieur, ou, dit-il, ils peuvent être considérés comme « le complexe et le simple ».

Une nouvelle catégorie "d'excellence" obligerait les viticulteurs à suivre des contrôles plus stricts sur la viticulture et la vinification que ne l'exigent les règles actuelles de l'AOC. Les 20 % des vignerons actuels de l'AOC opteraient probablement pour cette catégorie « d'excellence », estime Renou. C'est le marché du luxe des vins traditionnels, et « il faut le protéger », dit-il.

Un deuxième niveau de vins AOC, ce que Renou appelle des vins «normaux», serait autorisé à ignorer de nombreuses règles AOC actuelles. Ce sont eux qui doivent concurrencer les vins internationaux émergents, dit-il. Les viticulteurs qui optent pour cette catégorie devraient être autorisés à considérer tout protocole de viticulture et de vinification. « Les vignerons proposaient leurs idées au Comité national du vin, et nous déciderions si ces idées seraient autorisées », explique Renou. "Tout est ouvert à la discussion, alors qu'aujourd'hui il est même interdit de parler de ces idées."

Cela signifie que la question de savoir quand ou comment irriguer les vignobles ou quels raisins planter – des variables qui sont désormais étroitement réglementées dans toute la France – serait prise en compte. Il y aurait également moins de restrictions sur les raisins pouvant être mélangés dans des vins particuliers. Alors que les assemblages de Bordeaux et du Rhône resteraient étroitement contrôlés pour l'AOC « excellence », les vins de second rang pourraient avoir une grande latitude sur ce qui pourrait être envisagé pour leurs assemblages. Dans les appellations dans lesquelles le mélange n'est pas autorisé actuellement, il serait autorisé dans le deuxième niveau. Les règles seraient également assouplies concernant le mélange de raisins récoltés dans différentes parties d'une région ou même entre les régions, entre autres, selon Renou.

Qu'en est-il de permettre l'ajout de copeaux de chêne lors de l'élevage en fût pour exagérer certaines saveurs, comme cela se pratique aux États-Unis et en Australie, par exemple ? "Pourquoi pas?" dit Renou. « Nous devons permettre aux gens de prendre eux-mêmes des décisions concernant leur propre vin. »

Dans le même temps, Renou souhaite que la filière vitivinicole française se contrôle plus agressivement sur la qualité. Les producteurs qui ignorent les limites de rendement du vignoble, un phénomène courant aujourd'hui, dit Renou, ne devraient pas être autorisés à appeler leur vin AOC. Cette surproduction « doit disparaître », dit-il. « Si nous voulons dire que nous sommes les meilleurs, chaque bouteille doit être vérifiée. »

La proposition de Renou assouplirait également les règles d'étiquetage des AOC pour autoriser les noms de cépages et d'autres conventions du Nouveau Monde. S'il existe des AOC (comme l'Alsace) qui utilisent l'étiquetage variétal, la plupart ne le font pas. Les viticulteurs doivent se retirer de l'AOC, étiquetant leurs vins simplement vin de table, pour faire ces choses maintenant.

Le gouvernement français n'attend pas que les règles de l'AOC changent. Il fait des premiers pas modestes mais significatifs pour aider les producteurs français à vendre leurs vins aux États-Unis. "Nous n'avons pas l'habitude d'assister à des événements viticoles en Amérique", explique Berger. « Maintenant, nous allons demander des conseils sur ce que nous devons faire pour améliorer les ventes. L'idée est de donner une plus grande visibilité à nos producteurs.

Le mois dernier, le gouvernement a parrainé sa première tournée de vente dans cinq villes - Miami, New York, Chicago, Atlanta et Los Angeles - pour les producteurs désireux de trouver des importateurs américains. C'est le genre de spectacle de chiens et de poneys que les industries viticoles espagnoles et australiennes prennent sur la route depuis au moins une décennie. A Los Angeles, 30 vignerons ont fait des dégustations de vins aux distributeurs.

«Nous avons décidé d'être proactifs», explique Charlotte Selles-Simmons, une productrice dont la famille fait du vin dans le Beaujolais et la Bourgogne depuis 1820. Elle a récemment repensé les étiquettes du domaine pour les rendre plus attrayantes pour les Américains.

« Nous rendons l'achat de vin français si difficile », dit-elle. « Surtout pour les vins à 10 $ et moins. Il est crucial d'afficher le nom du cépage sur les étiquettes à ce niveau de prix. Ensuite, ils n'ont pas à sortir leurs lunettes de lecture, ils n'ont pas à demander de l'aide.

Il s'agit aussi d'avoir l'air moderne, dit-elle. La bouteille doit se démarquer, ce qui n'est pas facile dans une allée de vin d'épicerie bondée. Les régions viticoles du Nouveau Monde le font depuis des années. Même l'Italie et l'Espagne relookent leurs étiquettes. Si vous ne le faites pas, il n'y a aucun espoir de créer un nom de marque dont les consommateurs se souviendront, dit Selles-Simmons.

Selles-Simmons vend ses vins par l'intermédiaire de Trader Joe's, mais elle aimerait également trouver un distributeur traditionnel.

Le modèle pour Selles-Simmons ? Bicyclette rouge de E.& J. Gallo.

Gallo nous montre la voie, dit Berger. « Joe Gallo a le cran de croire au vin français, d'y mettre son argent pour faire bouger les choses. Nous en sommes très reconnaissants », dit-il, notant que les vins Gallo produits en France augmentent les ventes de vin français en Amérique.

Gallo, le sauveur du vin français ? Le gouffre séparant le gouvernement français des vignerons traditionnels de « Mondovino » s'est encore un peu élargi.


Le petit déjeuner sucré

Comme je l'ai appris dans le livre "Salt, Sugar, Fat", un merveilleux exposé de l'industrie des aliments transformés en Amérique, le petit-déjeuner sucré est une invention des fabricants de céréales au milieu du siècle dernier.

Les Américains ont une dent sucrée pour le petit-déjeuner, c'est pourquoi ils mangent généralement des gâteaux au petit-déjeuner. Sauf qu'ils n'appellent pas ça du gâteau. Au lieu de cela, ils l'appellent « crêpes au sirop » (gâteau !), muffin (gâteau !) Ou toasts recouverts de Nutella (gâteau !)

Récemment, je passais du temps avec une famille tchèque, lors de mes derniers voyages en Europe. J'ai remarqué à quel point le petit-déjeuner tchèque typique n'était que sucré. Les aliments typiques comprenaient de la charcuterie, du saumon fumé, des tartinades salées, du pain et des fruits. De nombreux Européens aiment également manger des légumes crus au petit-déjeuner, comme des tomates et des concombres, pour accompagner leurs autres choix de petit-déjeuner.

Dans la plupart des régions du monde, le petit-déjeuner n'est pas sucré. En Thaïlande, le plat typique pourrait inclure une bouillie de riz épaisse, des œufs, de la viande, des boulettes chinoises (Dim Sum) et une sorte de soupe savoureuse. Dans d'autres pays asiatiques, il n'y a pas de distinction claire entre les aliments pour le petit-déjeuner et les aliments pour le déjeuner et le dîner.

En France, les gens sont traditionnellement pratiquement à jeun pour le petit-déjeuner. C'est pourquoi le mot petit-déjeuner (déjeuner) en France signifie en fait le repas du midi. Plus tard, lorsque les gens ont pris l'habitude de prendre un croissant avec une tasse de café le matin, un nouveau mot a été ajouté pour décrire ce nouveau "repas". Il s'appelait "petit déjeuner" ou "petit déjeuner". petit déjeuner.”

La plupart des Français ont très peu de nourriture pour le petit-déjeuner. Certains Français que je connais, vivant à Montréal, ne mangent que des fruits et prennent une tasse de café au petit-déjeuner. Un seul croissant est également populaire pour manger au petit-déjeuner en France et tremper dans votre café.


3. Crêpes

"S'il y a un son plus sexy sur cette planète que la personne dont vous êtes amoureux roucoulant sur les crêpes que vous avez faites pour lui, je ne sais pas ce que c'est."

Les crêpes sont la version française des crêpes originaires de Bretagne. Contrairement aux crêpes américaines classiques, les crêpes sont plus fines et de plus grand diamètre, mais aussi plus neutres en goût. Les ingrédients communs comprennent la farine, le lait, les œufs, le beurre et un peu de sel.

Les crêpes sont généralement de deux types – salées et sucrées. Les crêpes salées (appelées crêpes salées) sont traditionnellement préparées avec de la farine de sarrasin et remplies de tout ce que vous aimez (par exemple, du jambon et du fromage). La version sucrée (crêpes sucrées) est à base de farine de blé et légèrement sucrée.

Faire votre propre: Crêpes à la banane


Mon pays d'origine, la France, est internationalement connu pour son bon vin, sa nourriture, ses baisers, ses séducteurs et ses philosophes. Quelle nation créative : aussi bien au lit qu'en cuisine. Mais il y a un mais, bien sûr. Paris n'est pas si romantique que ça après tout (c'est en fait assez sale et bruyant), et les Français sont également connus internationalement pour leur impolitesse et leur arrogance. Nous avons été élus la nation la plus hostile au monde pour les voyageurs, ainsi que la nation la plus arrogante de l'Union européenne. Cela inclut nos propres compatriotes français qui se qualifient de plus arrogants. Il faut dire qu'au moins nous sommes réalistes à ce sujet.

Ces "prix" signifient que soit nous nous efforçons de maltraiter les gens, même les touristes qui sont manifestement assez intelligents lorsqu'ils viennent visiter notre beau pays, soit nous sommes nés et avons grandi arrogants pour une raison.
En Norvège, où je vis maintenant, l'arrogance est la pire qualification que les Norvégiens veulent être appelés et perçus comme par les autres nations. Évidemment, les Français ne s'en soucient pas trop.

Alors laissez-moi vous dire les raisons simples pour lesquelles les Français sont si arrogants et pourquoi, au contraire, les Norvégiens ne le sont pas (ou parviennent à très bien le cacher). Avant tout qu'est-ce que l'arrogance ? C'est quand quelqu'un croit qu'il est supérieur aux autres et le montre d'une manière insultante.

1- Histoire : Envie du passé
Nous étions autrefois les rois de ce monde (si je me souviens bien de mes livres d'histoire, qui ont probablement été rédigés de manière partiale par des mégalomanes français) et cela nous manque. Sur les idées, la philosophie, les empires coloniaux, la langue et vous aussi. Donc, nous prétendons toujours que c'est comme ça que c'est censé être. Il n'y a pas si longtemps, le français était la langue diplomatique des élites européennes. Mais bonjour ni le 20e siècle ni le 21e ne voient le renouveau de l'influence intellectuelle française dans ce monde. Nous ne sommes plus les rois du monde mais les français ont cette grande capacité à s'en foutre. NOUS devrions apprendre l'anglais pour les américains ? HAHA ce pays a 300 ans et mange de la fausse viande et ils veulent nous apprendre des trucs. Ainsi, même lorsque nous apprenons l'anglais, nous nous assurons d'avoir l'accent français le plus prononcé afin que personne ne puisse jamais penser “oh wow ce gars a fait un vrai effort”.

Norvégiens d'autre part. Eh bien, ils étaient aussi les rois de ce monde un jour il y a longtemps, d'une certaine manière : tout le monde se souvient des Vikings impitoyables qui ont conquis le monde à partir de leurs livres d'histoire. Mais l'histoire récente de la Norvège est que le pays a toujours fait partie de l'empire de quelqu'un d'autre : les Suédois ou les Danois. Il y a seulement 200 ans, la Norvège est devenue indépendante et très récemment, elle est devenue une nation riche. J'ai lu qu'après la Seconde Guerre mondiale, la Norvège était le pays le plus pauvre d'Europe avec le Portugal.
Alors que les Français avaient un ego bien dimensionné sur la scène internationale, les Norvégiens semblaient avoir souffert d'une sorte de complexe d'infériorité. Un français rencontrant un étranger s'attendra à ce qu'il parle français, et parfaitement. Un Norvégien rencontrant un étranger sera simplement heureux de savoir que la Norvège est son propre pays et non une ville de Suède.

2- Société : l'arrogance comme reconnaissance sociale
Les sociétés norvégienne et française sont très différentes et les manières d'être reconnu et respecté sont également complètement différentes. En France, ceux qui sont socialement valorisés sont ceux qui 1- en savent beaucoup (ou font semblant d'en savoir) sur tout, de l'art à la philosophie ou à la géopolitique, 2- qui ont un statut social élevé (en étant issu d'une école d'élite) et 3 - ceux qui sont arrogants. Peu importe ce que vous savez, qui vous êtes, combien vous gagnez, tant que vous êtes capable de faire en sorte que tout le monde se sente comme vous et que vous seul le savez. La combinaison gagnante est d'être arrogant + d'être entré dans une école d'élite. Et être un homme. Et être blanc. N'y allons même pas.

Être humble conduira à votre mort sociale en France. Il y a un dicton “Trop bon, trop con” qui signifie essentiellement qu'être trop gentil fait de vous un idiot. Vous avez peut-être marché seul jusqu'au pôle Nord, si vous n'êtes pas capable d'en parler de manière supérieure, la valeur sociale de vos exploits sera réduite.

En Norvège, par contre, c'est tout le contraire : il semble qu'être modeste ici soit la seule chose à faire si vous voulez être respecté et reconnu socialement. Ici, la combinaison gagnante est d'être humble + gentil. Peu importe si vous avez étudié, si vous êtes compétent dans votre travail. Tant que vous êtes “snill”. Il est écrit partout dans la loi de Jante régissant de nombreux aspects de la vie sociale norvégienne : « Vous ne devez pas penser que vous êtes plus intelligent que nous ».

Et c'est d'ailleurs une des choses qui m'a surpris quand j'ai emménagé ici : les gens semblent si modestes. Même les super riches ne se montrent pas trop, et les plus hauts professeurs portent encore de vieilles chemises et des chaussures sales. Ils parleront à une caissière avec autant de respect qu'au premier ministre. Dans n'importe quel cadre social : une fête, un travail, un supermarché, traiter quelqu'un d'autre comme s'il était inférieur à vous ne vous gagnera aucun respect. Au contraire, les gens regarderont le plafond en pensant à quel point vous êtes impoli. C'est rafraîchissant quand on vient de France parce que nous n'avons pas à nous battre autant ici pour chacune de nos idées. Là encore, les débats semblent parfois très politiquement corrects en Norvège, ça manque un peu de piquant et de confrontation à mon goût.

En Norvège, pourquoi être arrogant ? Votre patron vous écoute, lors d'un rendez-vous annuel que vous avez avec lui pour discuter de toutes les questions liées à votre métier. Vous pouvez parler lors de réunions et être écouté sans être crié dessus, et les gens seront poliment en désaccord si quoi que ce soit. L'arrogance n'est pas une question de survie sociale en Norvège.

3- Comment détecter la fierté norvégienne, parfois teintée d'arrogance

Cela dit, l'arrogance existe à son propre niveau en Norvège. Le truc, c'est que pour un Français ce sera indétectable : on a l'habitude de montrer ou de voir les gens traiter les autres comme s'ils étaient la racaille de ce monde, donc un Norvégien qui essaie même très fort d'être condescendant sera difficile à détecter pour nous. C'est la même chose avec la séduction. Les hommes norvégiens peuvent essayer très fort, les femmes françaises sont tellement habituées à être fortement flirtées que les subtilités de la séduction norvégienne apparaîtront comme une simple conversation.
Cependant, je l'ai vu, plus par orgueil que par arrogance. Beaucoup de gens ici ont la conviction intime que leur système et leur pays sont les meilleurs au monde. Que le monde entier veut venir ici (croyez-moi, ce n'est pas le cas, mes parents ne veulent même pas venir en vacances). La Norvège est certainement le système de protection sociale avec le moins de déficit, mais dire tout le temps qu'il a la meilleure qualité est, eh bien, un peu arrogant.

Au total, il y a 65 millions d'habitants en France et évidemment tous ne peuvent pas être arrogants. Certains vivent en Norvège et ont dû abandonner cela parce que c'est si mal vu ici. Certains ne l'ont jamais été mais savent éviter les arrogants dans les fêtes et les dîners de famille. Il y a un autre dicton français : la connaissance est comme la confiture, moins on en a plus on la répand. À l'âge de 18 ans, j'ai rencontré un professeur à l'université qui avait 2 doctorats et était incroyablement passionné et en même temps très humble. J'ai réalisé que l'arrogance n'est qu'un moyen de cacher son ignorance et son insécurité. Quand vous savez que vous avez raison, vous n'avez pas besoin de le crier au monde et de marcher sur deux personnes en leur disant à quel point elles sont idiotes.
Pourtant en France l'arrogance est devenue une religion d'Etat, je vous conseille donc de vous mettre à l'écoute si vous vous y installez, afin d'obtenir ce que vous voulez des administrations par exemple. Mais rappelez-vous, l'arrogance vous mène si loin (regardez où elle a mené Nicolas Sarkozy !).


Vous ne savez pas cuisiner ? Faire semblant. Recette française la plus facile, jamais.

Parfois, il faut cuisiner pour impressionner. Heureusement, il existe des plats si délicieusement délicieux que personne n'aura jamais à savoir que vous les avez concoctés en dix minutes en utilisant le strict minimum d'ingrédients.

C'est l'une de ces recettes.

Le fenouil est un bulbe, apparenté à l'aneth, qui pousse à l'état sauvage partout, en particulier dans le nord de la Californie. Il a un goût sucré rappelant la réglisse lorsqu'il est cru et est apprécié dans une grande partie de l'Europe continentale et même dans certaines parties de l'Asie dans le cadre d'une cuisine raffinée.

Sous sa forme sauvage, les frondes de fenouil sont appréciées des chenilles machaon. J'avais l'habitude de travailler dans un refuge faunique dans l'East Bay, à l'extérieur de San Francisco, et une partie de notre travail consistait à chasser des cocons de machaon dans les frondes de fenouil. Nous ramassions des cocons et les faisions éclore en toute sécurité dans notre serre à papillons, puis les relâchions quand les papillons étaient assez forts pour voler.

Les chenilles du machaon sont des mangeuses voraces, et au printemps, vous pouvez les voir grignoter comme de petits potheads avec les grignotines de fenouil sauvage dans toute la région de la baie.

[Soit dit en passant, si vous apportez ce plat de fenouil à un dîner, vous pouvez utiliser cette friandise pour impressionner l'hôte. "Vous savez", vous pouvez dire sagement, "Les frondes de fenouil sauvage sont un favori de la chenille du machaon. qu'est-ce que c'est ? Oh non. Ce n'est pas du fenouil sauvage. Aucune chenille n'a été blessée dans la fabrication de ce plat. " Et puis vous pouvez rire un peu, et tout le monde pense que vous êtes génial et sage.]

J'ai volé cette recette dans Three Black Skirts, un joli petit livre d'Anna Johnson. Elle a affirmé que la recette était essentiellement ce que les femmes françaises cuisinent lorsqu'elles n'ont pas envie de cuisiner. Je ne sais pas si c'est vrai ou non, mais je l'ai fait des dizaines de fois, et c'est toujours un succès.

Retirez les tiges de fenouil (la partie verte en haut - coupez-la) et coupez le bas du bulbe. Conservez quelques feuilles pour la décoration. Lavez et émincez finement les bulbes de fenouil. Mélanger tous les ingrédients dans un plat allant au four en verre. Cuire au four à 400 degrés F le temps qu'il faut pour que le fenouil devienne doux et le dessus pour dorer.

That's pretty much it. The amount of cream you use is up to you, but I don't ever let the cream cover the raw fennel, since the fennel will collapse and reduce as it cooks. I like a lot of salt, but some people don't, and I'm addicted to cracked black pepper, so I use a lot of that.

What you end up with is sort of a fennel au gratin. The fennel's sweetness and heady scent is tempered by the cream and the heat of the oven, and it's tender and succulent. It's usually served with a loaf of crusty French bread and far too many glasses of white wine, but it doesn't have to be limited to that serving style (although, if that also sounds like a good dinner to you, be my guest!). If you show up to a dinner party with a warming dish of baked creamy fennel and some kick-ass artesian bread, you'll be a gourmet hit! And it shouldn't cost more than $10, including the bread.

The great thing about simple recipes is that you can embellish them and make them your own. Here are some optional ingredients that can be tossed in to change the dish's character. You can use creamy fennel as a topping for baked fish or chicken, or add cream cheese and gruyere and make it into a dip, or even use it as a pasta sauce.

Optional ingredients - use one at a time or combine as desired:

  • dill weed
  • basilic
  • crumbled bacon
  • oignon émincé
  • crushed garlic
  • zeste de citron
  • estragon
  • thym
  • chopped hazelnuts
  • sliced sunchokes
  • anchovies
  • bay leaves
  • pink pepper
  • feta cheese
  • la chair de crabe
  • persil

The options are limitless, really. Herbs and spices make a big difference in such a versatile dish.

A note about price: Fennel bulbs can be bloody expensive. It all depends on the time of year that you get them - they're usually best and cheapest during the summer. But shop around - farmer's markets usually have the best prices. Don't buy the fennel if it's too brown and bruised on the outside.

On a side note, this dish can be made without fennel if you want to use something else more zippy - like Walla Walla Sweet onions. They're not available year-round either, but they cook up beautifully in this creamy dish, and really are sweet.

Disclaimer: This site contains affiliate links from which we receive a compensation (like Amazon for example). But they do not affect the opinions and recommendations of the authors.

Wise Bread is an independent, award-winning consumer publication established in 2006. Our finance columns have been reprinted on MSN, Yahoo Finance, US News, Business Insider, Money Magazine, and Time Magazine.

Like many news outlets our publication is supported by ad revenue from companies whose products appear on our site. This revenue may affect the location and order in which products appear. But revenue considerations do not impact the objectivity of our content. While our team has dedicated thousands of hours to research, we aren't able to cover every product in the marketplace.

For example, Wise Bread has partnerships with brands including, but not limited to, American Express, Bank of America, Capital One, Chase, Citi, Discover, and Amazon.


Eliminate All Distractions, Once and for All

As Jim Rohn says, &ldquoWhat is easy to do is also easy not to do.&rdquo And this is an underlying principle that will carry through in all aspects of communication. Distractions are a surefire way to ensure a lack of understanding or interpretation of a conversation, which in turn, will create inefficiencies and a poor foundation for communication.

This should come as no surprise, especially in this day in age where people are constantly distracted by social media, text messaging, and endlessly checking their emails. We&rsquore stuck in a cultural norm that has hijacked our love for the addictive dopamine rush and altered our ability to truly focus our efforts on the task at hand. And these distractions aren&rsquot just distractions for the time they&rsquore being used. They use up coveted brainpower and central processes that secondarily delay our ability to get back on track.

Gloria Mark, a researcher at UC Irvine, discovered that it takes an average of 23 minutes and 15 seconds for our brains to reach their peak state of focus after an interruption. [6] Yes, you read that correctly&mdashdistractions are costly, error-prone, and yield little to no benefit outside of a bump to the ego when receiving a new like on your social media profile.

Meetings should implement a no-phone policy, video conference calls should be set on their own browser with no other tabs open, and all updates, notifications, and email prompt should be immediately turned off, if possible, to eliminate all distractions during a meeting.

These are just a few examples of how we can optimize our environment to facilitate the highest levels of communication within the workplace.


Mad-As-Hell French Winemakers Take (Spanish Wine) to the Streets

What's black and white and red all over? A highway in the south of France, after a 150-strong gang of irate French winemakers hijacked five tanker trucks and dumped their contents—90,000 bottles' worth of Spanish bulk wine—all over the road. What's that about? French winemakers have a storied history of responding to things they don't like—be they experimental vineyards, unwelcome competitors, or just their neighbors—by simply destroying them. In this case, the winemakers sharpened their (figurative) pitchforks against Spain because they claim the wine, destined for bottling and subsequent sales in and out of France, presents unfair competition.

Speaking to the Télégraphe, Frédéric Rouanet, the president of the Aude winemakers’ union, said, "If a French winemaker produced wine with Spanish rules, he simply wouldn’t be able to sell it." French winemakers contend that to follow their own country’s rules requires them to price their wine far above the Spanish juice—a squeeze on the bulk market that the south of France once had cornered.

Denis Pigouche, president of a winemaking organization called FDSEA des Pyrénées Orientales, went even harder, according to the Telegraph, accusing the wines of not even being Spanish: "These wines have no place in France … I suspect they are from South America and then 'Hispanicized' in Barcelona and then Europeanized, or even Frenchified in France."

After an impromptu but no doubt thorough and objective tasting held in the street, the French winemakers rated the tanker wines "vin non conforme" (non-compliant wine), leaving that tasting note spray-painted on the sides of the tanks.

Spain, none too pleased, lodged a formal complaint with Brussels, citing that the "guarantee of free movement of goods and people within Europe is one of the basic tenets of the E.U." Among the evidence of bad faith is the report that the police largely stood back and let the attack take place, and while vowing to find those responsible, have not made any arrests to date.

Billionaire Bill Koch Auctioning Off 20,000 Bottles, But Sells No Wine Before Its Authentication

Bill Koch has always been upfront in declaring that his 43,000-bottle wine collection had been infiltrated by counterfeits: After all, he publicly led the charge against fake wines, filing lawsuits accusing figures like Hardy Rodenstock et Rudy Kurniawan of selling him fraudulent bottles (the latter, of course, would be convicted on federal fraud charges). Now, Koch is putting 20,000 bottles up for auction at Sotheby's on May 19-21, which might raise two questions: Why is the man who spent so much money and effort to clean up his cellar selling off nearly half of it? And how can one be sure that the world's most famous unintentional collector of forged wines is consigning the real deal?

The answer to the former question is mundane enough: "We looked at my and my wife's habits," Koch told Unfiltered. "There are some wines that we drink regularly and some we have a small probability of ever drinking. Or we have 150 bottles of something and, my gosh, we'll never drink them all."

As for the latter: It's unlikely anyone has ever pulled together a crack squad of counterfeit-fighting superheroes with the same firepower Koch has in his years battling wine fraud. "I've hired a dozen experts in different fields to come in and look at my collection," he said. "We found more than 400 fakes that had cost me over $4 million, and we think we got 'em all," including some heart-breakers like magnums of "Château Pétrus 1921" and "Château Mouton-Rothschild 1945." While the auction is expected to fetch between $10.5 and $15 million, Koch insisted, "I spent more on authentication and lawsuits than I’ll get for selling almost half my collection."

Among the specialists called to Koch’s cellars was Eric Soulat, whose Bordeaux-based family firm Grands Comptes has printed wine labels for the top châteaus for generations. Arriving with a satchel packed with archival labels, Soulat spent three weeks finding frauds in Koch’s vast cellars in Palm Beach and Cape Cod. He found more than 100 faked labels, according to Brad Goldstein, who oversaw Koch's decade-long counterfeit seek-and-destroy mission. More fakes were turned up by a materials expert on waxes and glues, who discovered labels affixed with Elmer’s from vintages predating the introduction of the sticky white stuff in the late 1940s.

Koch also sent hundreds of suspect bottles to the source—Bordeaux—for inspection. "I took the 1921 Pétrus in magnum to the château myself," said Koch. "They basically said that they never made magnums back then." Koch even sent gamma ray detectors to the University of Bordeaux, where physicist Philippe Hubert tested bottles for traces of Cesium-137, a radioactive isotope that invisibly infiltrates everything—including wine bottles—but did not exist before the first atomic explosions in 1945. (Not for nothing, Sotheby's submitted the collection to its own standard rigorous inspections as well.)

Will Koch attend the sale? "I really don't know," he said. "If I do, I just might cry because the wines are gone—or because the prices aren't high."

Obama's Mendoza

When in Argentina! Isn't that right, Señor Presidente Barack Obama? During a recent state dinner in Buenos Aires, the President and First Lady showed they could tango with the best of them in Argentina. After official meetings with President Mauricio Macri, the Obamas dined on regional South American specialties including smoked trout and vegetables, baked lamb with potatoes and a dulce de leche dessert. Mendoza winery Bodega Catena Zapata, whose founder Nicolás Catena is a titan in the industry, provided the libations. With the appetizer and entrée, the diners sipped "Angélica" series Chardonnay and Malbec from the Mendoza Alta region. D.V. Nature, a méthode traditionelle sparkling wine from the high-altitude Tupungato subregion of Mendoza, accompanied dessert. After a few glasses of vino, the Obamas got into fiesta mode and took their tango game to the literal dance floor. Professional tango dancers lured out the ever-suave first couple to show off some fancy footwork. Salut!

Big Cheers for Sonoma and Willamette Auctions

It's been a good few weeks for West Coast wine auctions. On March 31, the Sonoma Wine Country Weekend sponsors presented their record haul from last fall's charity extravaganza, which came to more than $3.4 million, to children's literacy programs under the Fund the Future initiative, plus 81 other non-profit groups around Sonoma County. The whole weekend is a bonanza, but the Sonoma Harvest Wine Auction is the biggest moneymaker. (One of the hottest lots was a private dinner at the Hamel Family winery with a menu from Patrick O’Connell—chef at the Grand Award-winning Inn at Little Washington—and a performance from Grammy-winner Bruce Hornsby, who played keyboard with the Grateful Dead.) In its 22nd annual event, the auction brought in over $2.4 million, making it the No. 3 fundraiser in Spectateur de vin’s 2015 charity wine auction report. Dan Goldfield of Dutton-Goldfield Winery and president of the Sonoma County Vintners Foundation spoke at the check presentation: "It’s such a pleasure to be part of something larger than ourselves."

A brand new wine auction got Unfiltered's attention too, this one held in Oregon's Willamette Valley on April 2. Josh Bergström, auction chairman, felt it was high time to show off the region's world-class Pinots with a grand auction, called Willamette: The Pinot Noir Barrel Auction. "We are thrilled at the success of this event. In the past 50 years we have been unable to establish a fundraising mechanism that can help take our big ideas to the world’s stage…until now," he told Unfiltered. The event, held the Allison Inn & Spa in Newberg, Ore., raised $476,000, with proceeds going to the Willamette Valley Wineries Association. Sixty-six local Pinot Noir producers showed off their wines, and the very first lot—five cases from Bergström—hit $10,000 in a matter of minutes. Other highlights included the first available wines from the new Nicolas-Jay and Lavinea projects, from Burgundian Jean-Nicolas Méo et Jay Boberg, et Greg Ralston et Isabelle Meunier, respectivement.


The List of 50 strangest, interesting, odd facts about French Food

So what is it so special about French and Food? Actually, there is a lot! I am sure even though you have some ideas about French people already or you don’t get this nation at all, I can assure you that French LOVE food & eating. It can be really surprising as it was for me because I would assassinate France only with the fashion, wine and cheese but not really with the lifestyle which is dictated by food…On top of that what surprised me a lot was the fact that actually French people don’t eat so often. But then, when they start…it lasts long…actually there is no end to be seen…drink, aperitif, starter, main course, cheese, dessert…wine, water, baguette and a lot of talking…So they are quite specific about food and eating and that is why I felt I want to share with you some, many actually, facts about French attitude to food. So here you have a List of 50 strangest, interesting, odd, some well-known and some to be discovered facts about French Food. I hope you enjoy finding out all of this!

    French people live to eat and the Rest of the World eat to live…French pays a high priority to enjoy the life and food! It’s a part of their culture & tradition and lifestyle!

  1. Le pain (baguette mainly and its variations in different shapes and sizes) is served for free and unlimited in restaurants. It is actually interesting that French people will not get filled up with bread and they enjoy their full, long, big meal.
  2. Did you realize that there is a special way of eating bread in France? I would call it even the bread etiquette! So firstly, you should not start to nibble it before the meal arrives secondly you don’t use the knife to cut it but you break it with fingers, thirdly, you don’t use butter to spread on the bread but more likely you clean your plate with the bread…preferably dipping it in the sauces if they are being provided
  3. And guess how many baguettes are being baked in France each year. Ten billion! This is true and not surprising actually. As you can imagine that French people eat baguettes for lunch, for dinner and it accompanies each meal! French eat baguettes when they are hungry but they also nibble it as a part of big meals and with cheese. What is surprising they even don’t pay attention to nibbling it it’s a habit & French way!
  4. Also, did you know that the bakers have their patron..the saint actually! C'est Saint-Honore and there is the feast day to celebrate him and all the bakers. It is happening on 16 th May!
  5. Escargots – we know this is a French speciality and anyone who visits France should have an experience of eating them. But I was surprised to learn on how many snails are being eaten in France…approximately 500,000,000 snails per year. Well, at the end of the day, they are tiny so you need many to get the taste!
  6. High in protein, low in fat – those are the healthy benefits of eating snails! You might really want to try…

50 Facts! Impressive isn’t it? Well, I guess I could find more as I needed to stop my researches and observations cause you would never look into the list. But maybe you know others, more surprising and interesting facts about French Food? If so, please do share with me. As you remember, I am on the mission to explore France even more! Thank you …



Commentaires:

  1. Jaykob

    Bonne journée, chers collègues et amis. J'ai passé beaucoup de temps à chercher un bon blog sur des sujets similaires, mais beaucoup d'entre eux ne me convenaient pas avec le manque ou le manque d'informations, des interfaces stupides, etc. Maintenant, j'ai trouvé ce que je voulais et j'ai décidé d'ajouter mon propre commentaire. Je voudrais, chers administrateurs, que votre blog continue de se développer à un tel rythme, le nombre de personnes augmente régulièrement et que les pages deviennent de plus en plus. Je me suis souvenu de l'adresse de votre blog pendant longtemps et j'espère entrer dans les rangs des utilisateurs les plus actifs. Un grand merci à tous ceux qui m'ont écouté et ont pris une minute de temps libre pour lire ce commentaire. Merci encore. Vitaly.

  2. Rodwell

    Informations très utiles

  3. Cullan

    Je ferais mieux de garder le silence

  4. Faebei

    C'est d'accord, ce message amusant

  5. Mezikinos

    Je considère que vous vous trompez. Discutons.



Écrire un message