bj.blackmilkmag.com
Nouvelles recettes

Walk-In 'Vodbox' est un moyen unique de déguster de la vodka chez Nic's

Walk-In 'Vodbox' est un moyen unique de déguster de la vodka chez Nic's


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Le restaurant old school propose également des célébrités, des martinis et de la bonne bouffe

La Vodbox de Nic's Beverly HIlls abrite des centaines de marques de vodka.

Autrefois le célèbre lieu de rencontre du crooner Rat Pack Dean Martin, Nic's à Beverly Hills attire toujours les jeunes, les riches et les célèbres.

Le restaurant/salon à cocktails a une ambiance sombre et fraîche qui est à la fois tendance et relaxante. Ici, des célébrités sont assises aux côtés des habitants dans un cadre intime où les convives peuvent déguster une excellente cuisine, d'excellents martinis et une visite de la célèbre Vodbox.

La Vodbox, située à l'arrière du restaurant, est un congélateur-chambre rempli de centaines de bouteilles de vodka. Avant d'entrer dans la salle à 28 degrés, les clients peuvent choisir un manteau et un chapeau en fausse fourrure pour les garder au chaud tout en dégustant différents vols de vodkas. Trois échantillons coûtent environ 21 $ et les bouteilles sont conservées dans d'élégants casiers en cuir blancs ouverts. Le propriétaire et vodkateur Larry Nicola a apporté certaines des vodkas de luxe du monde dans la Vodbox, où les sélections de premier plan incluent Russian Standard, Jean Marc XO et Jewel of Russia.

Les convives peuvent également commander de la vodka ou un vodka martini au bar ou en dînant.

Nic's propose une grande variété de hors-d'œuvre allant de la nourriture réconfortante aux articles extravagants. Sont inclus le pâté de canard, les beignets de homard, le saumon salé à la vodka, les huîtres, les pommes de terre au four avec caviar et crème fraîche et caviar royal ostera. Les plats principaux incluent l'espadon mexicain, le canard, les raviolis de queue de bœuf, les côtes levées, le carré d'agneau et le filet mignon. Les desserts décadents comprennent des bonbons au chocolat noir et aux cerises noires, une barre de bison aux pacanes et à la crème Chantilly, et une variété de martinis de dessert.


Restaurant de Nice

Happy Hour : toute la nuit le lundi, de 17 h à 19 h tous les soirs (comprend 7 $ Special-tini, 7 $ Wine Dujour, 7 $ hors-d'œuvre). Les week-ends sont fous avec un groupe live, alors assurez-vous d'arriver tôt. Ils ont une vodkabox (le paradis) où vous pourrez déguster toutes les sortes de vodka que vous souhaitez. Pour un prix, bien sûr.

Allez-y si vous aimez la vodka ! – Je n'ai jamais mangé ici, mais leur bar à vodka est super amusant - et éducatif! Je n'ai jamais vraiment su combien il existe de types de vodka différents ni à quel point ils ont un goût différent. C'est un endroit vraiment amusant pour aller avec des amis.

Mon repaire de quartier préféré pour la nourriture et les boissons! – Nic est MON SPOT. Ma maison loin de chez moi les nuits où la dernière chose que je voulais faire était d'être à la maison. L'atmosphère de l'endroit est comme une ambiance animée, vibrante et très cool sans la prétention ou l'attitude à laquelle vous pouvez vous attendre compte tenu de l'emplacement. C'est la chose la plus proche d'une expérience de bar Cheers que j'aie jamais eue. L'happy hour est tout simplement un must!

Portez un toast à Beverly Hills, ode à la vodka et au plaisir rétro. – Peu importe ces infopublicités sur les rôtis de célébrités qui promettent de ramener le bon vieux temps du Rat Pack quand fumer était cool et porter un costume toute la journée était considéré comme décontracté. L'esprit de Dean Martin vit ici même dans ce joint de Beverly Hills où les martinis coulent aussi librement que les conversations. Une petite zone bordée de canapés accueille l'happy hour nocturne et un groupe de jazz occasionnel, tandis qu'une passerelle ascendante mène à une salle à manger plus formelle avec des cabines semi-circulaires et des sièges de table. Un jeu sur la cuisine de steakhouse classique, le restaurateur (et l'hôte avec le plus grand nombre) Larry Nicola propose tout, des standards de viande comme le faux-filet de première qualité en croûte de miso avec du beurre de wasabi aux plats plus légers comme le saumon écossais grillé habillé de figues et de pommes. Bien sûr, aucune visite ne serait complète sans une visite à la VodBox, un congélateur-chambre d'exposition où les invités peuvent enfiler une fausse fourrure et lever un verre de l'une des plus de 80 variétés de vodka. Oh, et ne manquez pas le sanctuaire Dean Martin. Sérieusement. Je vous ai dit que son esprit survit.

Nourriture fantastique - J'y suis allé avec un groupe d'amis un jour après le travail. Ambiance vraiment amusante, et après quelques verres, Nic nous a ramenés au réfrigérateur. Cela a bien sûr eu beaucoup de rires et en fait une expérience assez mémorable. Nous avons mis des fourrures, ce qui, pour être honnête, je ne le fais pas normalement, c'était en soi une expérience, puis nous avons fait quelques dégustations là-bas. Cela crée la bonne humeur et les apéritifs que nous avons goûtés sont encore meilleurs. dans l'ensemble, un endroit idéal pour aller avec des amis et/ou des collègues.

Ambiance amusante, excellent service – C'est surtout un endroit idéal pour un happy hour et un dîner avec des amis. Je suis venu ici plusieurs fois et j'ai toujours eu une expérience fantastique. Nic (le propriétaire. J'ai oublié son vrai nom) est totalement adorable et chaque serveur que j'ai eu est bien formé pour un service supérieur. La nourriture est tellement, tellement bonne. Tout est fait avec goût. Grande carte des vins et j'adore les boissons. Aussi, j'adore la chambre des femmes !! Hautement recommandé.

Bonne nourriture et service chaleureux dans un cadre improbable - Je suis allé chez Nic cette semaine pour la première fois et j'ai été très agréablement surpris. J'ai été chaleureusement accueilli à la porte par le fils de Nic et conduit à ma table. Nous avons eu d'excellents cocktails, une bonne bouteille de vin et un prix décent. Grands apéritifs et le dîner à prix fixe du lundi. Nic est également venu vérifier comment nous allions. C'est un endroit agréable avec une foule vibrante, chic mais sans prétention. C'est un nouveau favori.

Super dîner du vendredi soir et endroit pour boire un verre ! – J'ai visité Nic?s Beverly Hills vendredi soir dernier avec un groupe de 9 amis. Quand je suis arrivé, j'ai donné à l'hôte le nom de mon groupe et il m'a rapidement escorté jusqu'à notre table. Le restaurant était haut de gamme, romantique et branché mais pas du tout prétentieux comme je le pensais à cause de son emplacement. Nous avons commandé des boissons et des apéritifs. Les boissons étaient vraiment bonnes - vous voulez essayer un Triple X Martini ? Je vous promets que vous ne serez pas déçu Le service était sympathique et rapide. Après environ 45 minutes environ, notre serveuse nous a fait savoir que la Vodbox était prête pour nous (à essayer absolument !) -shelf Vodkas sont stockés. Notre hôtesse nous a donné un aperçu complet de leurs vodkas, puis nous avons pu goûter quelques shots. .Nous y sommes restés environ 20 minutes avant de retourner dans la salle à manger principale et le bar. Vers 9h30 environ, ils ont amené un groupe live génial qui a ajouté encore plus d'énergie à l'endroit. Le propriétaire Nic pouvait être vu saluer et se mêler aux clients toute la soirée et il est même venu prendre quelques photos avec notre groupe ? mec vraiment cool.

Dans l'ensemble, nous avons passé un très bon moment, je reviendrai certainement avec un autre groupe d'amis bientôt!

Remarque: il y avait beaucoup de monde entre 9 et 10, donc les réservations sont suggérées.

* De plus, le pourboire est automatiquement ajouté à la facture pour les groupes de 8 personnes ou plus. Pour éviter les doubles pourboires, examinez attentivement votre reçu détaillé.

Super salon ! – Vous voulez essayer le saumon. Superbe! Les barmans ne sont pas des amateurs. les boissons sont faites avec FORCE !

Buvez ! – Je suis allé ici un jour de semaine pendant l'happy hour pour une réunion d'affaires. J'ai la vingtaine. Mon patron a la quarantaine. Nos partenaires commerciaux sont dans la cinquantaine. Nous avons tous passé un bon moment. Les boissons étaient excellentes et l'atmosphère était cool et relaxante. Nous n'avons pas eu la chance d'entrer dans la boîte de vod, mais j'en fais ma priorité la prochaine fois.

vous ne pouvez pas trouver un autre salon comme celui-ci ! – Nic's est l'un de mes préférés depuis des années. Je suis enfin en train d'écrire une critique. c'est le genre d'endroit où vous allez quand vous voulez les ambiances chaleureuses d'un bar de quartier avec la qualité et l'atmosphère d'un point chaud de BH. J'ai essayé beaucoup de plats au menu (saumon sur Waldorf - incroyable, filet avec myrtilles - mieux que vous ne pouvez l'imaginer) mais j'ai choisi les spéciaux ces dernières fois et ceux-ci volent vraiment la vedette. pour les débutants, essayez l'happy hour où le prix est correct et vous pouvez essayer un tas d'apéritifs. et n'oubliez pas d'avoir du loosey goosey dans leur congélateur à vodka - la meilleure façon de geler une folle journée de travail !

Non recommandé pour les fêtes/groupes ! – Je suis allé chez Nic pour mon anniversaire récemment. avait une réservation pour 16 et avait 12 pour le dîner - ils ont essayé de nous faire payer pour 16 en disant que c'était dans une sorte de contrat que je n'ai jamais vu / signé. Ensuite, ils étaient plutôt mystérieux quant à savoir si un pourboire était inclus ou non dans le prix total. Inutile de dire que c'était censé être une soirée amusante et chic, mais elle est devenue mortifiante lorsque mes invités ont été presque obligés de payer trop cher pour leurs portions sur un menu pré-fixe. Pour aggraver les choses, le service était horrible (TRÈS lent avec une serveuse TRÈS arrogante) et ils ont refusé le service de bar (pas de serveuses de bar non plus) à minuit, nous avons donc dû nous lever et prendre nos propres boissons auprès d'UN barman débordé (qui avait pas de verres propres d'ailleurs). La seule qualité rédemptrice était que la nourriture était assez bonne. Je ne recommanderais PAS du tout cet endroit pour les grands groupes!

Schéma classique RIP OFF – Cet endroit arnaque les gens en ajoutant des frais de service à votre facture, puis en vous présentant une facture de carte de crédit qui a le total et une ligne vide pour un pourboire - mais cela ne dit pas que 20 % a déjà été ajouté. Sournois. Je n'ai aucun respect pour un endroit si cher et qui essaie de vous arnaquer en même temps. faible.

Nice's. le restaurant qui a ramené S E X Y ! – J'ai vécu l'une des meilleures expériences culinaires de ma vie au restaurant Nic's vendredi soir dernier. La nourriture est incroyable, les martinis. incroyable, & le personnel. bien extrêmement incroyable. J'ai fêté mes 30 ans ici et ce fut une expérience merveilleuse. Félicitations majeures à Mitch Hunter & Brandon qui a accueilli tout mon groupe de 15 personnes au bar et à notre table à manger. Le personnel de nos serveurs de nourriture, des bussers aux barmans était tous extrêmement serviable et sympa. Toute ma fête est partie si haut cette nuit-là, et ce haut s'est prolongé tout le week-end ! Alors laissez-moi vous parler de la nourriture. J'ai voyagé à travers le monde et j'ai mangé dans 90% de tous les restaurants de LA, et Nic's est de loin l'un des meilleurs restaurants où j'ai mangé. Pour le prix et la valeur, je le note plus haut que Asia De Cuba et The Ivy. Le design intérieur est magnifique, un excellent mélange d'influences de LA et de New York. La nourriture est délicieuse. Si vous êtes fan de gnocchis, et même si vous ne l'êtes pas, les gnocchis ici sont savoureux. Chaque personne à la table en avait une bouchée, et tous leurs froncements de sourcils étaient retournés. Nic's est connu pour ses huîtres signature qui sont cuites et servies avec des épinards, des noix, de l'ail, elles sont à tomber! Ce soir-là, j'ai eu le saumon biologique poivré et grillé, qui était cuit à la perfection. Il était servi avec une mangue et une oignon de printemps qui était délicieux. Le filet mignon poêlé servi avec des bleuets tout juste fondus dans la bouche. Le service était excellent, l'un des meilleurs membres du personnel de tous les temps, agréable, pas du tout d'attitude et très arrangeant ! J'ai dû regarder autour de moi pour m'en assurer. suis-je vraiment à Beverly Hills ? Je n'y ai vu personne sans sourire. J'ai été surpris de voir toutes nos entrées en même temps, toutes chaudes et toutes consistantes et savoureuses. Une chose que j'aime vraiment à propos de cet endroit est la créativité. Enfin un restaurant de LA qui a bien fait les choses, cet endroit a les cojones & à la hauteur de leur créativité. Par exemple, leurs martinis ne sont pas les vôtres, essayez le "Où est mon martini Effen!"

Expérience merveilleuse! – J'ai déjà essayé Nic's, dans le passé et c'était une belle expérience. Mais quelque chose a changé. Il y a plus de vie, plus d'énergie. Nous avons dîné vendredi soir dernier. J'ai amené mon fiancé pour la première fois. Dès l'instant où nous sommes entrés, jusqu'au moment où nous sommes partis, nous nous sommes sentis les bienvenus et désirés. Ce qui est rare à LA, surtout à Beverly Hills ! Pour la nourriture, nous avons eu le canard, qui a été recommandé par notre serveuse, et le filet. Nous avons aussi eu un martinis de trop, mais ils étaient tellement bons ! Je vais passer le mot et dire à tous mes amis d'y aller ! Notre serveuse était si gentille et ce n'était pas le "fake" gentil que vous pouvez obtenir dans des endroits comme celui-ci! Et le maître d'hôtel, l'hôte, même notre autre serveur n'arrêtait pas de venir nous surveiller ! Comme je l'ai dit, une expérience globale merveilleuse! Félicitations à vous d'avoir un si bel endroit. Nous reviendrons!

Il est temps de porter un toast au bar à martini du quartier préféré de Beverly Hills et au lieu de rencontre des célébrités. – Bref
Peu importe ces infopublicités de célébrités rôties qui promettent de ramener le bon vieux temps du Rat Pack quand fumer était cool et porter un costume toute la journée était considéré comme décontracté. L'esprit de Dean Martin vit ici même dans ce joint de Beverly Hills où les martinis coulent aussi librement que les conversations. Une petite zone bordée de canapés accueille l'happy hour nocturne et un groupe de jazz occasionnel, tandis qu'une passerelle ascendante mène à une salle à manger plus formelle avec des cabines semi-circulaires et des sièges de table. Un jeu sur la cuisine de steakhouse classique, le restaurateur (et hôte avec le plus grand nombre) Larry Nicola propose tout, des standards de viande comme le faux-filet de première qualité en croûte de miso avec du beurre de wasabi aux plats plus légers comme le saumon écossais grillé habillé de figues et de pommes. Bien sûr, aucune visite ne serait complète sans une visite à la VodBox, un congélateur-chambre d'exposition où les invités peuvent enfiler une fausse fourrure et lever un verre de l'une des plus de 80 variétés de vodka. Oh, et ne manquez pas le sanctuaire Dean Martin. Sérieusement. Je vous ai dit que son esprit survit.

super endroit pour un – j'avais besoin d'un endroit vraiment unique pour célébrer la promotion professionnelle de mon petit ami, mais nous sortions avec des collègues que je ne connaissais vraiment pas. c'est tellement difficile de trouver un endroit génial que tout le monde aimera et avec lequel tout le monde se sentira à l'aise, mais Nics a réussi ! J'y suis déjà allé, mais personne d'autre du groupe n'y était allé pour le dîner. Le hamburger avec le bon fromage a rendu les filles jalouses, j'étais un peu plus audacieuse et j'ai essayé le canard à la grenade, ok WOW, s'il vous plaît, quelqu'un d'autre doit essayer cela et partager mon moment heureux. nous avons essayé un tas d'applications pour la table, toutes très bonnes, mais si c'est votre première fois, optez pour les brochettes de steak, un plaisir total pour la foule. et vous savez, au-delà de toute la nourriture, le personnel fait tout autant partie de la scène. tout le monde est "fabuleux", dans le bon sens, et très gentil. ils ont aidé à réchauffer le groupe et c'est notre serveuse qui m'a fait essayer le canard. :o) Oh oh, et ne partez PAS sans désert. même si vous devez l'emporter, la serveuse nous a dit qu'ils sont faits maison, la situation du citron est vraiment incroyable. doux.

Pour faire court, allez-y, ils parlent du casier à vodka, restez pour le canard. à votre santé!

Meilleure expérience culinaire tout autour! – Cet endroit est une vraie trouvaille à Los Angeles, en particulier à Beverly Hills! Nous avons été traités si chaleureusement par le personnel - du gars à la porte d'entrée à Monike dans la vodbox - c'est un endroit spécial. La nourriture était vraiment délicieuse - pas trop coquine parfaitement cuite. Le menu est un mélange parfait de plats américains classiques et de touches ethniques. L'amour du rock des Martinis, quelle poire. Aller à la vodbox était tellement amusant - nous avons eu des invités hors de la ville et cela a pris la nuit au-dessus. . la scène est un mélange d'aller dîner chez des amis avec une sophistication chic, c'est à la fois de la chaleur avec du cool/hipness. J'y retournerai certainement pour fêter mon prochain anniversaire là-bas.

Exemples : Meilleure pizza n'importe où, A éviter le vendredi soir, Excellent service clientExemples : Meilleure pizza n'importe où, A éviter le vendredi soir, Excellent service clientExemples : Meilleure pizza n'importe où, A éviter le vendredi soir, Excellent service clientExemples : Meilleure pizza n'importe où, A éviter le vendredi soir, Excellent service clientExemples : Meilleure pizza n'importe où, Éviter le vendredi soir, Excellent service client

Le pire restaurant du monde – C'est l'une des pires expériences culinaires de ma vie. Le service était horrible. Leurs serveurs sont complètement prétentieux et ont essayé de nous faire commander certaines choses que nous n'aimions pas. Les serveurs n'étaient pas bien informés sur le menu et étaient inattentifs. Ils semblaient être indifférents au service là-bas. J'ai vu notre serveuse se tenir debout en train de parler à quelqu'un d'autre alors que j'avais demandé quelque chose. J'ai dû demander à un garçon de bus qui passait pour m'aider. Leurs serveurs étaient tout simplement incroyablement snob. Lorsque le poulet n'était pas assez cuit, j'ai demandé à le reprendre et notre serveuse s'est heurtée à une vive opposition. C'est le signe d'un service terrible. Elle ne s'est pas excusée pour le fait qu'il n'était pas assez cuit, mais a plutôt donné un air agacé.

L'atmosphère est BEAUCOUP trop bruyante pour un bon restaurant gastronomique respectable. Le restaurant essaie d'être à la fois un bar/happy hour et un établissement gastronomique. C'est terrible. Le restaurant est très petit, donc le son du bar se propage très facilement dans la salle à manger. J'ai dû crier à mon petit ami pendant le dîner juste pour être entendu. PAS romantique du tout.

La nourriture n'était pas très bonne non plus. Ce n'est pas mal, mais pour ces prix, je m'attendrais à plus qu'un morceau de poulet pas assez cuit frotté avec du sel et du poivre. Mon petit ami a eu le steak et ce n'était pas beaucoup mieux que ce que vous pouviez faire à la maison. C'est juste grillé et jeté dans un four.

J'ai aussi entendu dire qu'ils refusaient de payer les gens dans la cuisine également. J'ai entendu dire qu'un chef y a travaillé pendant 2 mois et n'a pas été payé. Elle a dit que la sauce secrète qu'ils ont n'est que du romarin, du thym, de la sauge, du persil, de l'ail et de l'huile d'olive. Ils jettent ça sur tout avec du sel et du poivre. JE NE SOUTIENT PAS un établissement aux mœurs épouvantables. Quel genre d'établissement ne paie pas quelqu'un pour le travail effectué ?

Soutenez d'autres restaurants avec des normes morales plus élevées - ceux qui paient leurs employés !!

ok, cet endroit est le meilleur jamais trouvé! – je viens de trouver Nics. J'adore cet endroit! nous avions besoin d'un nouveau salon pour une soirée entre filles, je l'ai trouvé !! vraiment sympa, service normal, les martinis sont forts et les serveurs sont gentils. la nourriture est super savoureuse, nous n'avons essayé que les applications (mais j'ai vu un filet traverser notre chemin. tellement bon) .. nous reviendrons. vive la glacière à vodka !

Expérience incroyable tout autour. – Ayant vécu à Las Vegas pendant de nombreuses années, j'ai eu la chance d'avoir vraiment fait l'expérience de la bonne nourriture et des atmosphères cool. J'ai aussi dégusté un bon martini ou deux avant de dîner. Nic's a créé une ambiance que ma femme et moi n'avons jamais rencontrée. Ils ont combiné un salon cool chic avec une nourriture irréelle. J'ai eu le filet et ma femme a eu le spécial poisson du soir. Je n'étais pas sûr de commander le filet car il était poêlé et non grillé et était accompagné d'une réduction de myrtilles. J'ai été complètement surpris de voir à quel point les saveurs se sont bien mélangées. Le bar spécial de ma femme était léger et non saturé de beurre et d'huiles comme beaucoup d'autres plats de poisson que nous avions partagés ensemble. T

MAUVAIS MAUVAIS MAUVAIS SERVICE ! – Le service ici est HORRIBLE. Soit les serveurs de Nic's n'aiment pas les gens de couleur, soit ils sont trop gentils pour vous accueillir (nous étions assis par l'hôte, qui était vraiment sympa, mais la serveuse n'est pas arrivée avant 15 bonnes minutes, et non, ce n'était pas occupé), vous donner un menu (cela a pris 15 minutes de plus) ou prendre votre commande (25 minutes de plus). Oh. Et nous avons dû mélanger notre propre salade (ils présentent la salade en séparant toutes les différentes parties de la salade en différentes piles, afin que le lanceur de salade puisse la mélanger pour vous). Le lanceur de salade est arrivé 45 minutes après que nous ayons eu le plat. Et c'était un mercredi soir pour un groupe de 2.

Si vous cherchez de la bonne nourriture, vous pouvez obtenir la même qualité pour la moitié du prix ailleurs. Pour le prix que vous payez ici, il vaut mieux aller à Boa, Mastro's, Koi ou le Bridge, etc.

Alors n'allez pas chez Nic pour manger. Allez juste pour les boissons (parce que leurs martinis sont super, et ils sont en fait rapides à vous donner vos boissons).

Endroit cool très amusant - Nic's était tellement amusant. Nous avons passé un bon moment. Le bar à vodka était vraiment amusant et c'était cool d'en apprendre davantage sur les différentes vodkas. J'étais le chauffeur désigné, donc je n'ai même pas bu mais j'ai passé un très bon moment. La nourriture était géniale aussi. L'artichaut avec la sauce miso au beurre met l'eau à la bouche. Mon mari a adoré les huîtres sur la demi-coquille. (le meilleur qu'il ait jamais eu) Le service était excellent. Et la meilleure partie était le groupe cool qu'ils avaient. Nous étions assis juste derrière eux et nous pensions que cela allait être beaucoup trop bruyant et que nous n'allions pas pouvoir nous entendre, mais ils étaient si relaxants et divertissants que nous les avons adorés. Nous étions six et nous avons acheté 3 de leurs CD. Je recommande vivement Nics et nous avons hâte d'y retourner.

C'est un endroit agréable si vous êtes célibataire. La dernière fois que nous avons passé la journée de mes amis au restaurant de Nic, nous nous sommes bien amusés. bel environnement. la seule chose que je n'ai pas aimée, c'est le problème de stationnement.

Super Happy Hour – Cela fait un moment que je ne suis pas venu chez Nic, mais j'ai été agréablement surpris qu'il ait conservé son ambiance chaleureuse et conviviale, embrassée par de la bonne musique. Cette fois, j'étais juste ici pour l'happy hour, et le menu était assez raisonnable avec de nombreuses sélections (quesadilla au poulet, frites, brochettes de steak, brochettes de poulet, etc. - chacune à seulement 5 $ MF, de 17h à 19h). Ils avaient également une glacière pour les dégustations de vodka - nous ne voulions pas affronter le froid cette fois-ci, mais nous le vérifierons probablement dans un proche avenir. Ce que je préfère ici, ce sont toujours les huîtres - miam !

Martinis trop chers – Très bonne ambiance. Des gens formidables qui regardent, mais les martinis coûtent 12 $ chacun et ont le goût de jus de fruits. Pas d'alcool dans le mien ce soir. Vous obtenez une gorgée de 3 onces de sucre et avant de vous en rendre compte, la note est de 100 $. Je pense que les boissons pourraient être plus charnues pour ce prix. Sinon, allez chez Trader Joe's et prenez du jus de fruits et de la vodka et profitez de vos petits quenchers à martini à la maison.

Meilleure ambiance pour un cocktail - Je viens de passer ma fête d'anniversaire chez Nic et tout le monde a passé un très bon moment. certains peut-être un trop bon moment. La salle de vodka était super pour les habitants de la ville. les ont époustouflés. Si vous recherchez une qualité haut de gamme avec un service familier et authentique, cet endroit l'a. C'était juste rafraîchissant d'avoir tout pris en charge pour que je puisse me détendre et profiter de mes boissons !! bas les gens. nous serons de retour!! :o) - Jackie

Meilleur restaurant de LA – Je connais Larry Nicola depuis qu'il a ouvert LA Nicola à Silver Lake. J'ai été l'un de ses tout premiers clients et tout au long des 26 ans que j'ai été fan de ses restaurants, il ne m'a jamais déçu. Et j'espère rester mécène pendant encore au moins 26 ans. Bonne nourriture, bonne ambiance et excellent service forment le premier gentleman des grands restaurateurs.

Trop cool. So Nice – Nic's a toujours été l'un des rares endroits à LA où tout le monde se détend et profite de la compagnie des autres. J'ai rencontré tellement de nouvelles personnes sympas à l'happy hour ici, et nous avons tendance à voir beaucoup de visages familiers à chaque fois que nous y allons. Apparemment, tout le monde revient souvent. Bien que nous y allions habituellement pour l'happy hour, j'ai dîné plusieurs fois et cela a toujours été fantastique. Aller. S'amuser.

Nourriture DELISH - beaucoup de plaisir ! – Nous avons sauté dans Nics après le travail jeudi et avons été époustouflés par la qualité des applications de steak et de crevettes pour un happy hour à 5 $. pour être niché au milieu de BH, la scène du bar était vraiment très amusante. notre serveuse était rapide et gentille, le stand était confortable, même la table à côté de nous était un peu bavarde. ahh des gens sympathiques en été à LA, qui l'aurait pensé ! Quoi qu'il en soit, fantastique boit et nous reviendrons jeudi! oh et mesdames, essayez les brochettes de steak, INCROYABLE!

Services les plus horribles et attitude désagréable – J'ai toujours été sceptique à propos des restaurants prétentieux à LA. Et quand je lis des critiques comme ça, j'ai toujours l'esprit ouvert et je pense que les meilleures critiques sont plus souvent vraies. J'ai eu tort pour la première fois. Mon petit ami et moi sommes allés à Nics un samedi vers 18 heures. A été assis rapidement dans le salon mais le menu ne nous a été proposé qu'environ 10 minutes plus tard. On ne nous a pas proposé les offres spéciales auxquelles un groupe était assis à côté de nous (qui ont été amenés par le directeur du restaurant, ont été chaleureusement accueillis et servis avec une énorme quantité de sourires remplis de chirurgie plastique) qui étaient inexistants avec mon groupe. L'eau n'a pas été offerte et apportée à notre table jusqu'à environ 20 minutes plus tard, pas avant d'avoir demandé au garçon de bus qui a emporté notre premier apéritif. La serveuse est ensuite revenue et a prétendu que c'était la faute de quelqu'un d'autre qui n'avait pas apporté notre eau. Elle est retournée dans sa zone de discussion et 10 minutes plus tard, l'eau est arrivée. Ceux parmi d'autres étaient la quantité minimale de mauvaises choses qui peuvent être capturées avec des mots.

Mon petit ami et moi n'avons pas pris la peine de commander des entrées pour le dîner car nous étions dégoûtés par l'attitude et les faux sourires du restaurant. Les entrées que nous avons eues, les célèbres huîtres et brochettes de bœuf de Nic étaient correctes mais pas suffisantes pour compenser le manque de services qu'un soi-disant-restaurant-dîner plus raffiné - qui facture 12 $ / martini a à offrir.

Jamais je n'avais quitté un restaurant avec autant de déception et de dégoût.

Donc, en un mot, les services les plus horribles, le serveur et la serveuse les plus odieux et les expériences culinaires les plus désagréables sont décernés à Nics.

Meilleur 28e anniversaire! – J'ai eu 7 de mes amis les plus proches pour célébrer mon anniversaire. La nourriture était excellente, le service était superbe et ce groupe qui a joué toute la nuit était super. ai-je oublié de mentionner le meilleur Martini de tous les temps ! Je voulais juste passer et dire merci à tout le monde chez Nic pour une si bonne soirée! Certainement gagné 7 nouveaux clients.

Martini Lounge – Je suis allé le 29 avril 2006 au martini lounge. Je n'ai pas mangé, je n'ai bu que des boissons.

Les martinis sont au-dessus de la moyenne, mais ils n'ont rien de spectaculaire. L'ambiance est sympa (moderne), mais encore une fois ça n'a rien de spécial. Essentiellement, cet endroit est un peu au-dessus de la moyenne pour la qualité et les martinis semblent être de 3 onces et coûtent 12 $ à 14 $.

Bien – Cet endroit est bien mais ici, ils ne paient pas parfois le personnel, quoi de neuf avec ça.


Gros plan sur la Californie du Sud : Westside de Los Angeles

Vous êtes un étranger qui se dirige vers le Westside de Los Angeles - pas les villes balnéaires, mais Beverly Hills, Brentwood, Westwood et les quartiers aisés à proximité au sud des montagnes de Santa Monica. Cela signifie que vous serez bien nourri, bien reposé et peut-être plus étroitement surveillé par les émetteurs de vos cartes de crédit. Seul le sultan de Brunei, semble-t-il, peut se permettre de faire des folies dans cette enceinte sans regarder les étiquettes de prix. Mais vous n'avez pas besoin de dépenser généreusement pour en apprendre un peu plus sur la richesse, la renommée, la géographie et les desserts persans.

Par exemple, vous vous rendrez compte que Beverly Hills, comme la "Mona Lisa" et certains hommes de premier plan, est plus petite que ce à quoi vous pourriez vous attendre (5,7 miles carrés). Vous reconnaîtrez les liens de Culver City avec Oz et l'ancien programme spatial soviétique. Vous vous souviendrez qu'il y a un grand boulevard de Santa Monica et un petit (alias South Santa Monica Boulevard), qui laisse perplexe les non-initiés en courant parallèlement sur plus d'un mile. A Westwood, vous verrez comment la mort a uni Marilyn Monroe et Rodney Dangerfield, entre autres. Les détails vous attendent dans ces 12 histoires de Westside.

Si Alex Trebek vous fait pâmer, vous aurez envie de visiter les studios Sony (10000 W. Washington Blvd., Culver City www.sonypicturesstudiostours.com) à Culver City. Sa visite guidée à pied de deux heures en semaine coûte 33 $ (pas d'enfants de moins de 12 ans) et peut inclure des arrêts sur les scènes sonores où "Le Magicien d'Oz" a été tourné en 1938 et où "Jeopardy!" a été tourné depuis 1984. Si ni Alex ni Judy Garland ne font tourner votre monde, réfléchissez-y à deux fois avant cette tournée. Pour une expérience plus captivante (et abordable) dans le même quartier, rendez-vous au Museum of Jurassic Technology (9341 Venice Blvd., Culver City www.mjt.org). Ce petit endroit étrange, ouvert de 14h à 20h. Jeudi et 12h-18h Du vendredi au dimanche, tout tourne autour de la joie des trucs bizarres, présentés avec une grande pompe muséologique. Parcourez les minuscules pièces sombres, la mâchoire relâchée à la vue des dioramas du parc à roulottes, des portraits soviétiques à l'huile de chiens de l'espace, un petit pape sculpté dans le chas d'une aiguille et deux souris mortes sur du pain grillé (dont la consommation est décrite comme un vieille cure pipi au lit). Ne manquez pas le salon de thé à l'étage. Juste à côté se trouve le Center for Land Use Interpretation (9331 Venice Blvd., Culver City www.clui.org), dont les expositions et les publications ont sondé les villes sous-marines d'Amérique, les héliports du centre-ville de Los Angeles et d'autres interactions humaines notables avec le paysage. Il est ouvert les vendredis, samedis et dimanches après-midi. Ensuite, pour dramatiser votre soirée, rendez-vous au Kirk Douglas Theatre (9820 Washington Blvd., Culver City www.centertheatregroup.org), une opération satellite du Center Theatre Group du centre-ville qui présente des spectacles dans cette salle de 317 places depuis 2004.

2. Des hamburgers bien-aimés et des photos dernier cri

Depuis 1947, l'Apple Pan (10801 W. Pico Blvd., Los Angeles) propose des hamburgers et des desserts Angelenos. Pas de réservation, pas d'alcool, pas de climatisation. Commandez le hamburger Hickory (environ 7 $) et peut-être une grosse part de tarte aux pommes pour le dessert. Dirigez-vous ensuite sur trois kilomètres au nord-est jusqu'à Century City, où vous vous garerez sous le métal froid et le verre du bâtiment de la Creative Artists Agency. Vous n'avez pas obtenu de rendez-vous avec les négociateurs de la CAA, mais ils vous laisseront entrer à côté à l'Annenberg Space for Photography (2000 Avenue of the Stars, n ° 10), un espace d'exposition à but non lucratif avec une mise en page vidéo et un numérique sophistiqué. La technologie. C'est gratuit et ouvert du mercredi au dimanche. (Assurez-vous de faire valider votre parking, ou cela vous coûtera une fortune.)


UNGASS à découvert

Colonnes - Vers le monde

Un regard sur la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur les drogues et ce que cela signifie pour le changement de politique.

Du 19 au 21 avril, dans la Grosse Pomme, les dirigeants mondiaux et les représentants des 193 États membres des Nations Unies se sont réunis pour un sommet spécial appelé UNGASS pour discuter de choses importantes qui sont très pertinentes pour cette industrie. Ces choses incluent des sujets d'actualité tels que :

  • L'avenir du cannabis (dans le monde)
  • La guerre internationale contre la drogue
  • Corruption de masse à cause de la guerre internationale contre la drogue
  • Incarcération de masse à cause de la guerre internationale contre la drogue
  • Réformer ou non les politiques mondiales existantes en matière de drogue (Whoa Nelly, c'est le gros problème, n'est-ce pas ?)

OK, alors... Qu'est-ce que l'UNGASS ?

UNGASS signifie Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies. Ces sessions ont lieu semi-fréquemment pour régler collectivement les principaux problèmes du monde.

Donc, assez ironiquement, la dernière UNGASS spécifiquement organisée pour le même problème macroéconomique particulier (la guerre internationale contre la drogue) a eu lieu en 1998 et s'appelait « Un monde sans drogue… Nous pouvons le faire ». Il était ironique de constater que parmi les objectifs fixés lors de la session figuraient la réduction, voire l'éradication pure et simple de la production de cocaïne, d'opium et de cannabis d'ici 2008. Excusez-moi pendant que je ris à haute voix. Je pense que c'est ce que les enfants appellent de nos jours un échec épique.

Cependant, les participants à l'UNGASS de cette année ont réalisé que créer un monde sans drogue n'est tout simplement pas réalisable.

Le vent a tourné

En février, le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, qui a dirigé le sommet de l'UNGASS en 1998, a écrit dans un essai : « … nous devons accepter qu'un monde sans drogue est une illusion. We must focus instead on ensuring that drugs cause the least possible harm.”

In March, more than 225 Nongovernmental Organizations (NGOs), including the American Civil Liberties Union and AIDS United, sent a letter to President Barack Obama urging him to push the U.N. to reform the outdated international drug conventions that have long shaped global narcotics laws.

Also in March, William Brownfield, a top U.S. drug official, signaled that the Obama Administration accepted other countries’ decriminalization efforts, as he reiterated to reporters one month later at UNGASS 2016, “We will call for a pragmatic and concrete criminal justice reform, areas such as alternatives to incarceration or drug courts, or sentencing reform.”

All three of the above heavily referenced the fact that four states and the District of Columbia have legalized adult-use marijuana.

One Quick Aside

This year’s UNGASS was pressured into existence far ahead of its intended 2019-2020 target date, by Mexico, Columbia and Guatemala, because, they state in a joint declaration from October 2012, “Revising the approach on drugs maintained so far by the international community can no longer be postponed.”

So April 19, UNGASS opened with current UNGASS President H.E. Mogens Lykketoft discussing the need to address cannabis and that “… access to drugs for medical use is a human right to protect.”

Is everybody on board with reform? Nope, not really. Some countries still favor continued repressive drug policies. It is not a small coincidence that these are the same countries that have some of the worst human rights violations in the world.

Russia, Saudi Arabia, Iran, China and Indonesia are all dead set against drug policy reform, with Saudi Arabia recently beheading two brothers for carrying hashish, and Russia incessantly hell-bent on demonizing cannabis while, of course, glorifying its No. 1 export: Vodka.

Le verdict

So here are some of the more memorable moments from this year’s UNGASS:

Canada reaffirmed its commitment to legalizing and regulating cannabis by spring 2017. Go Canada!

Note to self: Do not travel to Indonesia anytime soon, as the Indonesia delegate tried to defend the country’s death penalty for drug possession. Although, he was almost booed off the stage.

But the highlight of the summit was Bolivian President Evo Morales (a former coca farmer, by the way). He called everybody out on the militarized approach on the drug war, calling it "ineffective" and harmful to respecting human rights, as reported by news organization teleSUR.

On top of that, Mexican President Enrique Peña Nieto became the first sitting president of the country to propose partial regulation of marijuana use. He said his administration would campaign for legalization of marijuana for medical and scientific uses — a message he got applause for, reported Fusion.

Not bad, considering he almost didn't show up at all. Well played, sir. Well played indeed.

So, What Now?

High drama was expected, and happened, but don’t expect any real change from it. UNGASS should be considered more a political theatrical production than a real vessel for change. But the rhetoric was there, and this is a positive, albeit small, movement for global drug policy reform.

I am hopeful that the cracks are starting to show and the evidence shows there’s no denying the failure of the war on drugs.

More than two-thirds of the population of the United States and its territories live in regions with some form of medical cannabis law. Canada, Israel, Czech Republic and Columbia (which both have also legalized possession and cultivation in small amounts), Croatia and Jamaica (which both have also decriminalized small amounts for personal use), Romania, Germany and Australia all have national medical cannabis programs, and many other countries are reviewing legislation. (It is worth noting that in early May, the German government approved a proposal to expand the country's medical marijuana program and to allow public health insurance to pay for medical marijuana for seriously ill patients for whom other treatments have been ineffective. Until now, only Canada had offered insurance coverage of any scale.)

Uruguay has fully legalized cannabis for adult use, the Netherlands has decriminalized personal use and legalized use in certain “coffee shops,” and more than 20 other countries have decriminalized small amounts for possession and/or cultivation for personal use, including Spain, Russia and Italy.

Drug policy reform will change, in my opinion — due more to capitalism, unfortunately, than global human rights — but hey, at least the wheels are starting to turn in the right direction, right?

About the Author: Scott Lowry resides in Oakland, Mich., with his wife, five children and their dog, Nora. He is a licensed medical grower and caregiver, and has focused on organic cannabis cultivation for the last 8 years. He also is founder and COO of a large-scale Canadian cannabis production company out of Tecumseh, Ontario, called Global Organiks, which is currently in the application process for becoming a Licensed Producer under Canada’s Medical Marijuana Program. In addition, Lowry is the founder and CEO of GO Engineering, an agribusiness technology engineering company, which creates products for the indoor cannabis cultivation industry. It is safe to say he has a healthy obsession for science, business and all things agriculture.


Thu Jul 30, 2009

Eric Drath - Producer and Director - "ASSAULT IN THE RING" HBO Aug 1
HBO Sports will present ASSAULT IN THE RING, a documentary about the ill-fated bout between Billy Collins Jr. and Luis Resto and its subsequent effect on both boxers. Debuting SATURDAY, AUG. 1 on HBO, the special will explore the events that profoundly impacted the New York sports landscape and the world of boxing, and changed the lives of two athletes.
ASSAULT IN THE RING revisits a boxing scandal considered one of the sport’s darkest hours, and traces a man’s despairing journey following his alleged involvement in a criminal plot. The documentary examines new evidence about this boxing match turned 30-minute assault, and reveals much more about the pre-fight activities of Luis Resto, his trainer Panama Lewis and the athletic commission representatives. On June 16, 1983, undefeated welterweight Billy Collins Jr. set out to fulfill every boxer’s dream of fighting in the world’s most famous arena – Madison Square Garden. Collins’ opponent, Luis Resto of the Bronx, had his own dream of rising to the occasion in front of hometown fans. But what began as a match that Nashville native Collins was favored to win changed both athletes’ lives – ending Collins’ career dreams and landing Resto in prison. Resto seemingly reached a fighter’s ultimate goal by upsetting Collins, but his post-fight victory celebration was short-lived when it was discovered that the padding had been illegally removed from Resto’s gloves by his trainer, Panama Lewis, before the fight. Resto was subsequently incarcerated and banned from the sport, while the brutally beaten Collins went into a tragic downward spiral. Lewis, whose official career as a trainer came to an end that night, was also subsequently banned, and speaks for the first time in ASSAULT IN THE RING about the events of the fight and their impact. Others interviewed include: former New York State Athletic Commission chairman Jack Prenderville members of the prosecution, defense and jury from the 1985 trial in New York and Billy Jr.’s widow, Andrea.

Chef Rocco DiSpirito - Bravo’s “Top Chef” and NBC’s “The Biggest Loser.”
Rocco DiSpirito is the author of 5 cook books including Flavor, Rocco's Italian American, Rocco's Real Life Recipes and DiSpirito's fifth book Rocco Gets Real: Cook At Home Everyday was published October 2008. A unique cookbook that empowers the everyday home cook with easy to make recipes, step by step photos and illustrations, making his unique approach to food accessible to just about anyone. Dispirito also makes regular appearances on Bravo’s “Top Chef” and NBC’s “The Biggest Loser.” As the summer season strolls along, and restaurant choices seem either slim or expensive, many of your viewers are likely looking for more options to dine at home. Chef Rocco DiSpirito will offer listeners several suggestions on how to elevate an ordinary night in into a restaurant quality meal. From navigating the grocery store for the best possible ingredients, to building a menu of options that are sure to please, Chef Rocco will provide viewers with tips and tricks for delicious dinners.

Chef Larry Nicola "Mexico Restaurante y Barra"
What's pink and orange and red all over? Larry Nicola's newest restaurant, Mexico Restaurante y Barra. Nicola, one of Los Angeles 's highly regarded and innovative restaurateurs, brings a unique, affordable addition to the city's quality Mexican food repertoire. The new restaurant and bar looks like a funky beach joint uprooted from coastal Mexico and plopped down in West Hollywood . It's hard to miss the huge, pink neon " Mexico " sign that Nicola bought 12 years ago at a neighborhood antiques store. That " Mexico " sign and his love for the cuisine are what inspired him to open Mexico Restaurante y Barra. Upon entering, a brass plaque announces that the building was used as a recording studio for The Doors in 1970. "L.A. Woman" was recorded in what is now the downstairs bathroom. These days the sound of a live mariachi band fills the air on weekend nights. Restaurant patron's ears and eyes squint from the pulsating fiesta atmosphere vibrating off lights strung across upstairs and downstairs open-air patios. Everything sparkles against magenta, orange and turquoise walls. Brilliant-colored plates, flower-patterned oilcloth tablecloths, red umbrellas and bright pink chairs promise a happy vibe. Patio heaters warm nippy nights, plus boldly striped Mexican serapes hang on chair backs for use by chilly fashionistas. An intensely pink barroom offers a cozy place to dine, with a half dozen dining tables below, piñatas above and view into the kitchen beyond.
In keeping with the laid-back beach concept, an outdoor staircase to the upper patio and indoor lounge/bar creaks under the steps. Once inside, guests will spot bar stools looking like conga drums covered in red shag carpeting to match the fiery room color. It's the perfect party room for special events. There's plenty of low, upholstered, trés hipster seating enticing guests to stretch out with a good drink. Mexico's cocktail list boasts top-of-the-line tequila, earthy mezcal, hand-squeezed juices, agave syrup, fresh chiles and herbs. "Silverrano" is an unforgettable potion combining Corzo silver tequila with cooling, muddled cucumber, and lime sour for a nice citrus finish until the bolt of serrano chile hits the back of your throat. Another, " Mesa 9," stirs smooth Corzo añejo tequila, pomegranate and foamy, sweet-sour pineapple juices with a guajillo-infused syrup. The name Larry Nicola is synonymous with spectcular cocktails and new bar concepts. In 1980 he opened the first martini lounge at L.A. Nicola, in Silver Lake . In 1993 he moved downtown with Nicola, and then opened Nic's Beverly Hills in 1997. He added the VODBOX to the scene in 2006-the wildly popular vodka tasting, walk-in, exhibition freezer designed for tasting flights of vodka in their purest form. Larry Nicola is passionate about Latin American food. He lived in Belize and Costa Rica while working as chef and then consultant for some of the swankiest resorts such as Palmilla Hotel, and Querencia, a private golf resort both in Los Cabos , Mexico . Nicola continues to travel to Mexico whenever possible and explore the country's regional foods. He knows the cuisine and how to achieve authentic flavors. The dishes served at Mexico are Larry's personal favorites, inspired from his travels. His pride and joy is a mesquite wood-fired oven and he takes full advantage of it. Primal fragrances fill the air whenever charred beef, roasted duck, smoky corn and blackened chiles are pulled from the embers. Enticing aromas charge out of the oven like a steam locomotive as it rounds a curve at full speed. The smell of real Mexican cooking is the result of the mesquite's mineral deposit its smoke permeates food with a distinct Mexican high mesa flavor stamp. Years of surfing along the west coast from Jalisco south to Oaxaca is Larry's inspiration for huge garlicky grilled shrimp with a chipotle, cilantro and blistered tomato dip, a perfect appetizer. It is ideally followed with a sizzling cast iron skillet of queso fundido with smoky flavors from charred poblano chiles, a generous spoonful of crunchy chorizo sausage and luscious, gooey cheese scooped into hand made flour tortillas just off the hot grill. Taquitos are generously filled with moist, mesquite-fired duck meat for more smoky earthiness. The pair is wrapped in delicate handmade corn tortillas. A main dish of duck with guava sauce served with bay leaf, fennel and habañero rice is an ideal entree. The duck is cooked just enough to claim its intense flavor without a thought of dryness. With influence from the Gulf coastline, the huachinango (true red snapper) is quickly fried for a crisp skin, as it sits atop of Larry's rendition of a brothy, wood oven-charred tomato, potato and green olive Veracruzana sauce. Carnitas are big, succulent chunks of pork rendered in their own fat and then popped into the mesquite oven to swallow up wood flavor. Sharing the plate is a nutritious Mexican vegetable, verdolagas, over toasty tomatillo sauce, adding a bright touch of acidity to the all-around stellar dish. Chiles rellenos charge out of the mesquite oven oozing charred, melted Oaxacan quesillo cheese. The cheese and spinach-stuffed Anaheim chiles come with a richly deep, smoky salsa negra. At the last second they're sprinkled with queso fresco cheese and topped with a super crunchy squash blossom. Side dishes like smoky black beans baked in the mesquite oven with epazote, avocado leaves and anise-tinged avocado convey an authentic taste of Oaxaca . Corn also gets time in wood before it's scraped off the cob, hit with spicy chile de arbol and a dollop of cooling Mexican crema. In thanks to the genius of Larry Nicola, Mexico Restaurante y Barra offers top rate food at affordable prices. The quality and flavor values are brighter than the décor. Appetizers run $8 and up to $12 for seafood cocktails. Entrees are more than reasonable at $13 to $16. For dessert, guests can stretch out on cushy upstairs lounge sofa, and sip on a "Jump on a Horse" Herradura reposado tequila, cactus fruit and Cointreau cocktail ($12) while enjoying a flavorful Mexican classic Flan de Coco y Cacao, Mexican Chocolate Wedding Cake, Pineapple Sundae with cookies or the Paletas de Mango. Mexico Restaurante y Barra, 8512 Santa Monica Boulevard , West Hollywood , CA 90069 . 310-289-0088. Open at 5PM daily. www.gogomexico.com

Philip and Michelle Wojtowicz - "Big Sur Bakery Cookbook"
Tucked behind a gas station off California's legendary Highway 1, the Big Sur Bakery is easy to miss. But don't be fooled by its unassuming location—stumbling across the Bakery, as countless visitors have done on their way up and down the Pacific Coast, will make you feel as if you've discovered a secret: a gem of a restaurant where the food, people, and atmosphere meld together in a perfect embodiment of the spirit of Big Sur. The three restaurant owners, chef Philip Wojtowicz, baker Michelle Wojtowicz, and host Michael Gilson, escaped the Los Angeles food scene to create their version of the ideal restaurant, nestled in the heart of some of the most beautiful country in the world. This is simple, wood-fired American cooking at its best, executed in a way that lets the ingredients—seasonal and often locally produced—shine. Weekend brunches feature thick, nine-grain pancakes and savory breakfast pizza topped with crisp bacon, fresh herbs, and pasture-raised eggs. At night, Phil offers classics like Grilled Prime Rib Steak with Red Wine Sauce along with twists on traditional favorites like Venison Osso Buco or Rockfish Scampi. And every meal should end with one of Michelle's great desserts, whether it's a homemade Peppermint Ice Cream Sundae or Hazelnut Flan with Roasted Cherries.


What Are the Other Types of Stress Tests?

Dobutamine or adenosine stress test: This is for people unable to exercise. You’ll take a drug to make the heart respond as if you were exercising. This way, the doctor can still determine if there are blockages in the arteries.

Stress échocardiogramme: An echocardiogram (often called "echo") is a graphic outline of the heart's movement. A stress echo can accurately visualize the motion of the heart's walls and pumping action when the heart is stressed it may reveal a lack of blood flow that isn't always apparent on other heart tests.

Nuclear stress test: This helps figure out which parts of the heart are not working well. A small amount of radioactive substance will be injected into you. Your doctor will use a special camera to see rays emitted from the substance in your body. This will give them clear pictures of the heart tissue on a monitor. These pictures are done at rest and after exercise. Your doctor will be able to spot areas of your heart that aren’t getting enough blood. The test could last to up to 4 hours to allow enough time for the radioactive substance to flow through your body.

How you’ll prepare for these stress tests will vary. Ask your doctor about any specific instructions.


NEEDTOBREATHE

Sunday, the Southern Grown Marketplace presented by Southeastern Wildlife Exposition will continue from 10:00 a.m. to 3:00 p.m. so you can nab those purchases you eyed on Saturday. The perfect weekend send-off will be the Southern Grown Sunday Brunch at The Beach Club. Enjoy an oceanside brunch with all the traditional Southern fare, including Bloody Marys, of course! And there will be live music to blend with the sound of the waves. What an ideal way to close out a fabulous festival.

All access-ticket packages are $425 and include all events and concerts, Friday, Saturday, and Sunday, as well as the hospitality suite on Friday and Saturday, and a welcome bag. A ticket for Friday’s Garden & Gun Kick-Off Dinner & Show with concert by Drew Holcomb and the Neighbors is $160. A ticket for Saturday’s Southern Grown Concert featuring NEEDTO BREATHE is $75. Tickets can be purchased at southerngrown.com, where you can also find detailed information about all events. You won’t want to miss this distinctly Southern celebration!

Another way to embrace your identity as a Southerner is through cooking traditional Southern

Eliot VanOtteren Photo Courtesy of Sea Island

tarif. To this end, Sea Island is pleased to announce the release of their new cookbook Soul of the South to celebrate its 90 th anniversary. Written by Sarah Anschutz Hunt, the cookbook is part of a two book set, with the companion being Spirit of the West, celebrating The Broadmoor and its centennial anniversary. The cookbooks feature more than 50 recipes and traditions inspired by the distinct culture of each award-winning resort and also examine their rich histories as well. The Anschutz family has placed Sea Island and The Broadmoor into a 100-year trust to preserve these uniquely American experiences for generations to come. Dans Soul of the South, Sarah shares her experiences visiting Sea Island and enjoying suppers overlooking the marshes on Rainbow Island. It is from these fond family memories and the celebrated kitchens of the resorts that the recipes for the cookbooks were compiled. Describing the resorts as treasured gathering places for families and friends, Hunt said, “I hope that these cookbooks inspire readers to celebrate time with their loved ones and rekindle fond memories of their times at these beloved resorts. "

The cookbook set retails for $85 and can be purchased at Sea Island’s retail outlets and on the website at shop.seaisland.com. Sea Island has generously shared with us two of the classic recipes from the resort that are included in the cookbook, so you can add them to your recipe book of Southern staples. What could be more Southern than fried chicken and mac & cheese?

Pimento Mac & Cheese

8 onces block Velveeta cheese

8 onces extra sharp white cheddar

2 ch. pimento peppers, diced

Cook rigatoni in pot of salted boiling water until al dente. Préchauffer à 350 degrés. Cut Velveeta and cheddar into large cubes. Melt butter in large pot, add garlic and shallot, and lightly cook until tender. Add milk and bring to a simmer. Begin whisking in cheese, stirring constantly until all cheese pieces have melted. Season with salt and Tabasco to taste (should not be spicy, unless desired). Simmer until all cheese pieces have melted. Fold in diced pimentos. Strain cooked pasta and place into a 9”x13” glass pan. Pour cheese sauce over pasta. (It should be a bit soupy but should not splash.) Lightly cover the top with breadcrumbs and bake 30-40 minutes until top is golden brown and cheese sauce has reduced to creamy consistency.

Honey Money Fried Chicken (Serves 4)

1 whole chicken, cut into 8 pieces

2 ch. local wildflower honey

1 cuillère à soupe. blackening seasoning

Mix buttermilk marinade ingredients well, then add chicken. Marinate chicken 24 hours. After marinating, remove chicken from liquid and pat dry. Preheat fryer oil to 350 degrees. Place chicken in seasoned flour mixture and coat generously. Let chicken stand 10 minutes while coated with flour mixture. During this time, make Honey Money Sauce by placing honey into medium mixing bowl and, with a whisk, slowly incorporate hot water until homogenous. (You may not need all of the water.) Add blackening spice, and salt and pepper to taste. Mettre de côté. Fry chicken for 10 minutes or until internal temperature is 155 degrees. Let chicken rest in a warm place until ready to serve. If you prefer chicken more well done, cook an extra 5 minutes in the fryer or remove from fryer and bake in a 325 degree oven for 15 minutes. Toss chicken in Honey Money Sauce and serve. For a true Southern twist, serve with waffles!

We’re always thrilled for any opportunity to celebrate our island community and the Southern culture and heritage that makes it so special. We hope to see you at the festival enjoying the wonderful music and fabulous food in gorgeous Sea Island settings that show off exactly how beautiful the South can be.


Southern California Close-up: Westside of Los Angeles

You’re an outsider heading to the Westside of Los Angeles -- not the beach cities, but Beverly Hills, Brentwood, Westwood and the nearby well-heeled neighborhoods south of the Santa Monica Mountains. This means you’ll be well-fed, well-rested and perhaps more closely watched by the issuers of your credit cards. Only the sultan of Brunei, it seems, can afford to splurge in these precincts without looking at price tags. But you need not spend liberally to learn a little about wealth, fame, geography and Persian desserts.

For instance, you’ll realize that Beverly Hills, like the “Mona Lisa” and certain leading men, is smaller than you might expect (5.7 square miles). You’ll recognize Culver City’s connections to Oz and the old Soviet space program. You’ll be reminded that there’s a big Santa Monica Boulevard and a little one (a.k.a. South Santa Monica Boulevard), which perplex the uninitiated by running parallel for more than a mile. In Westwood, you’ll see how death has united Marilyn Monroe and Rodney Dangerfield, among others. The details await in these 12 Westside stories.


Sony Studios (Ricardo DeAratanha / Los Angeles Times)

If Alex Trebek makes you swoon, you’ll want to check out Sony Studios (10000 W. Washington Blvd., Culver City www.sonypicturesstudiostours.com) in Culver City. Its two-hour guided weekday walking tour costs $33 (no children younger than 12) and can include stops at soundstages where “The Wizard of Oz” was filmed in 1938 and where “Jeopardy!” has been shot since 1984. If neither Alex nor Judy Garland makes your world go ‘round, think twice about this tour. For a more engrossing (and affordable) experience in the same neighborhood, get thee to the Museum of Jurassic Technology (9341 Venice Blvd., Culver City www.mjt.org). This odd little spot, open 2-8 p.m. Thursdays and noon-6 p.m. Friday-Sunday, is all about the joy of weird stuff, presented with great museological pomp. Shuffle through the tiny dark rooms, your jaw slackening at the sight of the trailer-park dioramas, Soviet space-dog oil portraits, a tiny sculpted pope in a needle’s eye and two dead mice on toast (the consumption of which is described as an old bed-wetting cure). Don’t miss the tearoom upstairs. Next door stands the Center for Land Use Interpretation (9331 Venice Blvd., Culver City www.clui.org), whose exhibits and publications have probed the underwater towns of America, the helipads of downtown L.A. and other notable human interactions with the landscape. It’s open Fridays, Saturdays and Sundays in the afternoons. Then, to dramatize your evening, head to the Kirk Douglas Theatre (9820 Washington Blvd., Culver City www.centertheatregroup.org), a satellite operation of downtown’s Center Theatre Group that’s been putting on shows in this 317-seat venue since 2004.

2. Beloved burgers and newfangled photos

Annenberg Space for Photography (Ricardo DeAratanha / Los Angeles Times)

Since 1947, the Apple Pan (10801 W. Pico Blvd., Los Angeles) has been offering Angelenos burgers and desserts. No reservations, no alcohol, no air conditioning. Order the Hickory burger (about $7) and maybe a big slice of apple pie for dessert. Then head two miles northeast to Century City, where you’ll park beneath the soaring cold metal and glass of the Creative Artists Agency building. You have not scored a meeting with CAA’s deal makers, but they will let you in next door at the Annenberg Space for Photography (2000 Avenue of the Stars, No. 10), a nonprofit exhibition space with a video-friendly layout and sophisticated digital technology. It’s free and open Wednesdays-Sundays. (Be sure to get your parking validated, or it will cost a fortune.)

Rodeo Drive (Wally Skalij / Los Angeles Times)

The Rodeo Drive shopping experience (www.rodeodrive-bh.com) boils down to about three blocks. Start at South Santa Monica Boulevard and make your way southeast, past Brighton and Dayton ways, to Wilshire Boulevard. See the impeccable salesman wiping fingerprints off the Cartier shop window? The strange staircase that architect Rem Koolhaas placed at the front of the Prada shop? The beckoning faux-European side street of the Two Rodeo shops? At the far end of your stroll, you’ll find the Beverly Wilshire (9500 Wilshire Blvd., Beverly Hills www.fourseasons.com/beverlywilshire). This hotel, run by Four Seasons, is where Warren Beatty once lived, where Esther Williams taught 14-year-old Elizabeth Taylor how to swim and where Richard Gere brought Julia Roberts in “Pretty Woman.” It’s not perfect an ungraceful ‘70s addition lurks behind the original 1928 building. But it has location, a Wolfgang Puck steakhouse called Cut and Four Seasons service. Rooms for two usually start north of $500.

Now take a breath. If you’re a true retail warrior, you’re not done shopping yet. Clustered nearby along Wilshire from 9560 to 9700, you’ll find Barneys New York (9570 Wilshire Blvd. www.barneys.com), Neiman Marcus (9700 Wilshire Blvd. www.neimanmarcus.com), Niketown (9560 Wilshire Blvd. www.nike.com) and Saks Fifth Avenue (9600 Wilshire Blvd. www.saksfifthavenue.com).

Bouchon Bistro (Alex Gallardo / Los Angeles Times)

You can try La Cienega Boulevard, the official Restaurant Row of Beverly Hills, some other night. For now, scope out the high style and smaller scale of the eateries on Canon Drive between Wilshire and Santa Monica boulevards. At 225 N. Canon, glass windows reveal the steamy kitchen of Scarpetta, one of the region’s most highly rated Italian restaurants. There’s Wolfgang Puck’s flagship, Spago Beverly Hills, at 176 N. Canon Drive and Mastro’s Steakhouse at 246 N. Canon Drive, with its 48-ounce double-cut porterhouse steaks. But tonight you’re trying Thomas Keller’s Bouchon Bistro (235 N. Canon Drive, Beverly Hills www.bouchonbistro.com) and choosing between the fancier upstairs dining room of the little Bar Bouchon downstairs and its steak salad for around $21. Later on, there may be dessert or a nightcap at Nic’s (453 N. Canon Drive, Beverly Hills www.nicsbeverlyhills.com), with its lively bar and walk-in, drink-in vodka freezer (the Vodbox). And after that? If you’ve recently won a lottery or sold a screenplay, take a few steps across Beverly Canon Gardens (241 N. Canon Drive www.beverlyhills.org/services/rec/parks/beverly_canon_gardens.asp) to the Montage Beverly Hills Hotel (225 N. Canon Drive, Beverly Hills www.montagebeverlyhills.com) and see whether there’s a vacancy. Montage, opened in late 2008, sports a Spanish Colonial-Revival look, with dashes of Morocco and Italy, and plenty of space in its 201 luxury-laden rooms. Rates usually start at around $595 a night.

5. A stroll in the park and a cubicle seat

Beverly Hills sign (Wally Skalij / Los Angeles Times)

Grab a parking spot at the Beverly Hills Civic Center (455 N. Rexford Drive first two hours free) and walk or jog on the 1.9-mile greenbelt (a.k.a. Beverly Gardens Park) along Santa Monica Boulevard. At Beverly Drive, if not before, you’ll realize you have company: That’s where the big, gold “Beverly Hills” sign is, and tourists arrive day and night to pose by the letters. If it’s Sunday morning, head next to the weekly farmers market at 9300 Civic Center Drive. If it’s noon-5 p.m. Wednesdays-Sundays, step into the Paley Center for Media (465 N. Beverly Drive, Beverly Hills www.paleycenter.org/visit-visitla), because, as crazy as it sounds, some of the best things in life still aren’t on YouTube. Here you can watch or listen to any of 150,000 old TV and radio shows. Yes, it has the 1962 black-and-white first episode of “The Beverly Hillbillies,” in which the Clampetts strike oil and come to town. It also has the 1955"I Love Lucy” episode in which Lucy and Ethel go rogue on a tour of the stars’ homes. The Paley Center also has sets, costumes and props that span television history, including Linda Carter’s “Wonder Woman” costume and the Monk’s Diner set from “Seinfeld.”

6. Nate, Al, Ali and Vanessa

Taschen store (Mariah Tauger / Los Angeles Times)

Nate ‘n Al (414 N. Beverly Drive, Beverly Hills www.natenal.com) is a deli that dates to the 1940s. You can count on ample supplies of matzo ball soup and perhaps some schmoozing by talk-show icon Larry King, who’s been a breakfast regular for years. When you’re full, stroll down the block and boldly step into the Taschen store (354 N. Beverly Drive, Beverly Hills www.taschen.com). But leave the young ones at home. This elegantly arranged shop, which feels more like a gallery, is full of pricey, arty, lavish and often naughty books. It might be $70 for a copy of “Linda McCartney: Life in Photographs,” $15,000 for a “champ’s edition” of the Muhammad Ali tribute volume “GOAT” (Greatest of All Time) or $700 for an appreciation of porn star Vanessa del Rio, promiscuously illustrated.

A Marilyn Monroe statue at the Four Seasons hotel (Wally Skalij / Los Angeles Times)

Beverly Hills and environs have plenty of famous hotels, including the luxury-laden Peninsula Beverly Hills (9882 S. Santa Monica Blvd., Beverly Hills www.peninsula.com/BeverlyHills) and L’Ermitage (9291 Burton Way, Beverly Hills www.lermitagebh.com), the celebrity-heavy Four Seasons Hotel (just outside Beverly Hills at 300 S. Doheny Drive, Los Angeles www.fourseasons.com/losangeles) and the massive Beverly Hilton (9876 Wilshire Blvd., Beverly Hills www.beverlyhilton.com). But the elder statesman is the 210-room Beverly Hills Hotel (9641 Sunset Blvd., Beverly Hills www.beverlyhillshotel.com), which opened in 1912. Just a glimpse of the lobby’s golden glow and artful palm fronds hints that fame and fortune are concentrated here, and the rack rates confirm it: about $500 a night and up. So maybe you’ll settle for breakfast in its Polo Lounge instead. Or perhaps, like Grace Kelly, Cary Grant and Marilyn Monroe before you, you can pay just about anything but prefer a place to hide. In that case, the Beverly Hills Hotel’s slightly pricier sibling, Hotel Bel Air (701 Stone Canyon Road, Beverly Hills www.hotelbelair.com), reopened in late 2011 after a two-year-closure for additions and improvements. In case you’ve lost track of who owns both of these lodgings, they are part of Dorchester Collection, a subsidiary of the Brunei Investment Agency -- in other words, the sultan of Brunei.

Museum of Tolerance (Ken Hively)

First, fuel up in SoBev (Beverly Drive south of Wilshire Boulevard in Beverly Hills) with breakfast or lunch at the affordable, busy Urth Caffe (267 S. Beverly Drive, Beverly Hills www.urthcaffe.com). Now, slowly drive past Heath Avenue and Olympic Boulevard, where you’ll spy the backside of Beverly Hills High School (241 Moreno Drive www.bhhs.bhusd.org) and the campus oil well, wrapped in what looks like an enormous floral-patterned oven mitt. Three blocks east of the oil well, on Olympic, pause at Roxbury Memorial Park (471 S. Roxbury Drive, Beverly Hills www.beverlyhills.org/services/rec/parks/roxbury.asp), where there are tennis, soccer, baseball and play structures. Now ready yourself for a sobering look at multiculturalism, history and the Holocaust, tailored for children and adults. That’s the mission of the Museum of Tolerance (9786 W. Pico Blvd. adult admission $15.50). After all that, surely you’ll be wrung out, so consider the 49-room Mosaic Hotel (125 S. Spalding Drive, Beverly Hills www.mosaichotel.com), which sometimes has discount rates as low as $199 nightly.


UCLA (Ricardo DeAratanha / Los Angeles Times)

Maybe it will help you feel young to see those UCLA (405 Hilgard Ave., Los Angeles www.ucla.edu) freshmen kicking a ball around on the lawn between Royce Hall and Powell Library. Or maybe, recalling that these kids were born in the 1990s, you’ll feel otherwise. Either way, with its 420 acres and nearly 40,000 students, the UCLA campus in Westwood will stretch your legs and brain. Wander on your own, or join one of the free student-led tours for prospective students and their parents most weekdays and Saturdays (www.admissions.ucla.edu/tours.htm). At Royce Hall, the 2011-12 season’s 36 gigs included violinist Itzhak Perlman, author David Sedaris and banjo master Earl Scruggs. In neighboring Westwood Village, you have the Hammer Museum (10899 Wilshire Blvd., Los Angeles www.hammer.ucla.edu), which spotlights cutting-edge contemporary art and later, there’s the Geffen Playhouse (10886 Le Conte Ave., Los Angeles www.geffenplayhouse.com), which often features big names.

10. The stars at rest and a Persian dessert

Pierce Bros. Westwood Village Memorial Park and Mortuary (Ricardo DeAratanha / Los Angeles Times)



Suite The Wesele Restaurant located on the Main Square in Krakow, opposite the Cloth Hall and the picturesque St. Adalbert church, makes a reference in its name and décor to Wyspiański’s great work “The Wedding” (Wesele).

Suite Kogel Mogel - polish restaurant a few steps from the Main Square - the place where a fine Polish menu is at its very best, prepared with a much higher level and care than one can ordinarily find in terms of ingredients and recipes - the duck and goose dishes are particularly excellent.

For More Information About Heart Health

American Heart Association
800-242-8721 (toll-free)
[email protected]
www.heart.org

National Heart, Lung, and Blood Institute
301-592-8573
[email protected]
www.nhlbi.nih.gov

National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases (NIDDK)
800-860-8747 (toll-free)
866-569-1162 (TTY/toll-free)
[email protected]
www.niddk.nih.gov

MedlinePlus
Bibliothèque nationale de médecine
www.medlineplus.gov

This content is provided by the NIH National Institute on Aging (NIA). NIA scientists and other experts review this content to ensure it is accurate and up to date.

Content reviewed: June 01, 2018


Voir la vidéo: Je peux manger cette pastèque en 1 seconde.. ᵔ ʖ ᵔ