bj.blackmilkmag.com
Nouvelles recettes

Recette de chili con carne de Joe

Recette de chili con carne de Joe


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


  • Recettes
  • Ingrédients
  • Viande et volaille
  • Du boeuf

Un chili con carne simple qui nourrira la famille.


Yorkshire, Angleterre, Royaume-Uni

53 personnes l'ont fait

IngrédientsPortions : 4

  • 500g de steak haché
  • 2 oignons
  • 2 branches de céleri
  • 3 gousses d'ail
  • 2 poivrons
  • 2 cuillères à café de piment en poudre
  • 1 cuillère à café de cumin
  • 1 cc de paprika
  • sel poivre
  • 1 boîte de haricots beurre
  • 1 boîte de haricots rouges
  • 2 boîtes de tomates concassées
  • 2 cubes de bouillon de boeuf
  • vinaigre balsamique
  • Sauce worcester

MéthodePréparation :10min ›Cuisine :2h ›Temps supplémentaire :2min › Prêt en :2h12min

  1. Faites chauffer un peu d'huile dans une poêle à feu moyen.
  2. Eplucher et hacher finement les légumes et les ajouter dans la poêle. Remuer et cuire environ 5 min. Ajouter les épices et le sel et le poivre. Ajouter les boîtes de haricots et de tomates. Remuer et cuire 2 min.
  3. Casser le hachis et ajouter (pas besoin de dorer d'abord). Remplir les 3/4 d'une boîte vide avec de l'eau et ajouter. Casser 2 cubes de bouillon, puis un filet de sauce balsamique et Worcester. Laisser mijoter doucement pendant environ 2 heures.
  4. Une fois cuit, couvrez avec un couvercle pendant 10 minutes avant de servir avec du riz ou des chips tortilla.

Vu récemment

Avis et notesNote globale moyenne :(22)

Avis en anglais (22)

Quelque chose d'autre.Je l'ai fait dans la mijoteuse! J'ai utilisé exactement la même recette (sauf que j'ai utilisé de la poudre de piment doux car je ne l'aime pas trop chaud.) J'ai fait dorer le hachis et mis cela de côté, j'ai ensuite suivi la recette, en ajoutant le hacher le mélange avant de mettre le tout dans la mijoteuse à puissance élevée pendant six heures.DELICIOU S-13 Jan 2010

J'ai fait cela pour ma famille et moi-même, la seule chose que j'ai laissée de côté était les haricots beurre parce que je les déteste absolument lol et j'ai ajouté la poudre de piment pour les fajitas car elle est douce. C'était absolument magnifique, ma famille a adoré et mon plus jeune a même mangé les haricots rouges, ce qui est une première. Sera def le faire à nouveau.-13 juin 2017

J'ai fait comme Hobbit (voir l'autre critique) et j'ai utilisé une mijoteuse à puissance élevée pendant 6 heures une fois que j'avais fait dorer le hachis. Parfois, en utilisant une mijoteuse, vous devez utiliser moins d'eau, mais j'ai ajouté selon la recette et c'était à peu près la bonne consistance à la fin. Assurez-vous d'avoir une GRANDE poêle/wok pour celui-ci, car elle remplissait ma plus grande poêle à frire à ras bord avant même d'avoir ajouté toutes les boîtes. J'utiliserai mon énorme wok la prochaine fois, comme l'a dit un acteur à un évêque. Comme bonus inattendu, j'ai trouvé qu'une fois que vous avez passé des années à hacher, mélanger des épices, faire frire des trucs et remuer dans les boîtes, la sauce qui en résulte est incroyable si vous en saupoudrez généreusement un tiers sur le sol de votre cuisine pendant qu'il glisse de la plaque de cuisson au ralenti. Et quand je dis "incroyable", je veux dire "exaspérant" ! J'en ai gardé la majeure partie et maintenant j'ai aussi une séance de nettoyage du sol de la cuisine à attendre avec impatience ! Je ne peux pas attendre. Bonne année moi! Dans l'ensemble, une recette savoureuse et simple mais j'ai dû ajouter une bonne dose de tobasco pour la réchauffer un peu car elle n'était pas très épicée même avec la poudre de piment fort. J'ajouterais une autre cuillère à café au moins la prochaine fois, ou assurez-vous simplement d'avoir du tobasco à portée de main.Tweaks: céleri omis, ajout d'eau des boîtes de haricots également (pas clair ci-dessus s'il faut le faire ou non), ajouté une cuillère à soupe de tomate purée juste pour utiliser un vieux tube-31 décembre 2016


Bien que j'aie actuellement un temps magnifique en Australie, je suis conscient que les nuits arrivent au Royaume-Uni. Même s'il est triste de dire au revoir à l'été, l'heure est aux repas d'hiver copieux et aux délicieuses recettes d'automne ! Dans cet esprit, voici ma recette d'aujourd'hui, Chilli Con Carne.

Malgré le soleil ici, j'aime toujours un repas chaud en fin de journée, et le piment est parfait pour faire des lots et congeler. En plus de cela, c'est simple une fois que vous savez comment, et cela peut être fait avec un budget limité !

Ingrédients!

C'est une excellente recette de BBC GoodFood (je vais la lier en bas), mes ingrédients sont :

  • 1 gros oignon
  • 1 poivron rouge
  • 2 gousses d'ail
  • 1cc de piment de Cayenne
  • 1 cuillère à café de paprika
  • 1 cuillère à café de cumin moulu
  • 500g de boeuf haché
  • 1 cube de bouillon (boeuf)
  • 400 g de tomates en boîte (hachées/en dés/concassées)
  • 1 carré de chocolat noir (j'ai utilisé 70%)
  • 2 cuillères à soupe de purée de tomates
  • 1 boîte de haricots rouges
  • Huile
  • Sel + Poivre

J'ai commencé par préparer les légumes, ce qui était vraiment simple. À l'aide de mon incroyable nouvelle assiette à l'ail, j'ai émincé 2 gousses d'ail en une pâte épaisse. Cependant, si vous n'avez pas la chance d'avoir une assiette d'ail incroyable, utiliser un hachoir ou hacher finement fonctionnerait aussi ! J'ai coupé le gros oignon en dés, et aussi haché grossièrement mon poivron rouge.

(Vérifiez mon insta pour voir mon article sur la petite assiette à l'ail, et le lien vers où vous pouvez en acheter une !)

Dans une grande poêle, j'ai commencé par chauffer un filet d'huile, et, une fois qu'elle était chaude, j'ai ajouté l'oignon, en cuisant jusqu'à ce qu'il devienne translucide. Une fois que l'oignon était tendre, j'ai ajouté la pâte d'ail et le poivron rouge, en remuant les trois ingrédients ensemble.

Légumes et épices !

Place maintenant aux épices ! J'ai ajouté toutes les épices à l'œil, mais j'ai inclus les mesures exactes de la recette pour la rendre plus facile. Dans est allé le paprika, le cumin et le poivre de Cayenne. Si la nourriture épicée ne vous convient pas, vous pouvez utiliser de la poudre de piment doux. À ce stade, les odeurs de la poêle doivent être épicées et parfumées. Il est important de s'assurer que tous les ingrédients sont mélangés uniformément.

Après un bon mélange, j'ai laissé cuire environ 5 minutes à feu moyen.

le brunissement !

Dans ma poêle, j'ai ajouté le hachis et j'ai lentement commencé à le séparer - cependant, il est important de garder certains des plus gros morceaux, pour donner la texture du piment. Après que la viande ait bien grésillé dans la poêle, j'ai continué à remuer pendant environ 5 minutes, jusqu'à ce que toute la rose soit devenue brune. Cela doit être fait à feu vif pour s'assurer qu'il est bien cuit.

Pour créer la sauce, j'ai d'abord ajouté le bouillon. Dans un pichet de 300 ml d'eau bouillante, j'ai émietté 1 cube de bouillon de bœuf. Cela améliore la saveur de viande et les jus de la viande hachée, tout en se combinant avec les épices - cela devrait VRAIMENT sentir bon maintenant.

Ensuite, j'ai ajouté la boîte de tomates, j'ai choisi des dés, juste parce que c'est ce que je pouvais prendre chez Aldi, cependant, toute autre variante serait parfaitement bien aussi. J'ai également ajouté 2 cuillères à soupe de purée de tomates. Jusqu'à présent, je n'ai pas encore trouvé de purée de tomates en tube en Australie, cependant, la purée biologique que j'ai obtenue d'Aldi dans une boîte semble tout aussi bonne, sinon meilleure.

L'heure du chocolat !

Place maintenant à l'ingrédient magique : le chocolat noir. Le chocolat agit comme un édulcorant naturel, qui approfondit la saveur de la sauce tomate. Il est important de n'en ajouter qu'une petite quantité, de sorte que la saveur réelle du chocolat ne soit pas identifiable. (Remarque, j'ai dû changer de casseroles ici pour pouvoir utiliser un couvercle.)

À ce stade, la sauce devrait bouillonner. Remuez bien et ouvrez le couvercle sur la casserole. Cela devrait ensuite cuire à feu doux pendant 20 minutes. J'ai vérifié de temps en temps, pour vérifier la consistance de ma sauce et pour m'assurer que le piment n'accroche pas au fond de la casserole. Le mien a fait un peu, alors j'ai ajouté quelques cuillères à soupe d'eau, ce qui a fait disparaître ce problème tout de suite. De plus, s'il a l'air un peu sec, ajoutez également de l'eau. Le mélange doit avoir l'air épais, juteux et bien bouillonner.

Ajout des haricots !

Une fois les 20 minutes écoulées, il est temps d'ajouter le dernier ingrédient, les haricots rouges. J'ai égoutté et rincé la boîte et j'ai mélangé les haricots dans le mélange de piment. Remonter le feu pour que le mélange bout à nouveau, puis cuire encore 10 minutes.

Une fois les 10 minutes écoulées, j'ai assaisonné le piment. La recette dit que vous aurez besoin de plus d'assaisonnement que prévu, et j'ai également trouvé que c'était vrai. J'ai fini par ajouter beaucoup de sel et de poivre, mais comme il est divisé en portions, je ne m'en inquiéterais pas. L'assaisonnement met vraiment le plat en place. Vous pouvez le faire au goût, en ajoutant un peu à la fois, jusqu'à ce qu'il soit parfait pour vous.

Fini!

Une fois cela fait, et le tout mélangé, replacez le couvercle et retirez le piment du feu, il doit ensuite reposer pendant 10 minutes. Ces 10 dernières minutes en valent vraiment la peine, permettant à toutes les saveurs de s'infuser. Cependant, j'avais vraiment faim à ce stade, et l'étonnante odeur de piment était très tentante - d'une manière ou d'une autre, j'ai réussi à attendre les 10 minutes entières.

Pour servir le plat, j'ai fait bouillir du riz brun et j'ai ajouté une grosse cuillère de crème sure. La crème sure en Australie ressemble plus à de la crème fraîche à la maison, donc l'une ou l'autre serait géniale.

Comme je l'ai dit, cela peut être fait sur un budget, avec des haricots et des tomates coûtant environ 50p/80c la boîte. Le hachis maigre peut également être acheté à un bon prix, en particulier à Aldi. Les extras comme le paprika, le cumin et le poivre de Cayenne sont des épices de base que je recommanderais à tout le monde, et j'en utilise beaucoup dans ma cuisine. Cela vaut vraiment le temps qu'il faut pour cuisiner, et maintenant j'ai beaucoup plus de portions dans mon congélateur pour les jours les plus froids.


Recette saine de chili con carne

C'est peut-être l'aliment réconfortant par excellence pour les virils : copieux, épicé, copieux et extrêmement simple à préparer. Mais avec quelques améliorations sans effort, le piment peut également devenir une arme précieuse dans la guerre contre la graisse. La recette ici a été fournie par le chef étoilé au Michelin Adam Gray et remplace le bœuf haché par de l'agneau plus maigre, tout en remplaçant le riz blanc par du basmati brun pour aider à maintenir votre glycémie stable et éviter le stockage de graisse. Pendant ce temps, la capsaïcine contenue dans les piments aide à stimuler votre métabolisme, permettant à votre corps de brûler plus de calories.

Envie de pimenter les choses ? Optez pour le piment arbol, qui regorge de fer énergisant et a une saveur fumée et légèrement amère. Pour un repas plus doux – et une dose supplémentaire de vitamine A anti-inflammatoire – remplacez votre piment rouge ordinaire par un ancho noir riche et terreux.

Gray dit… « Évitez le yogourt naturel et faites de la variété grecque votre condiment de piment préféré. Il contient quatre fois plus de protéines mais moins d'un tiers des calories.


Voir les photos de la recette du chili Good Morning America

Voir la recette du chili Good Morning America
Des photos
. Cette recette facile de chili con carne est une option de partage rapide et classique pour une soirée décontractée entre amis. 1 partie de jus d'orange, 1 partie de bon.

/> Recette facile de chili aux haricots en conserve de la chef Anne Burrell S Abc News de s.abcnews.com

Comment ma grande pause dans l'émission matinale d'abc's s'est transformée en astuces pour appliquer le mascara ! Je me suis bien amusé avec mon bon ami robin roberts sur good morning america la semaine dernière ! Je cherchais depuis longtemps une bonne recette de chili.

(Je pense que je suis pointilleux !) Deux choses le rendent unique :

Gma, lait doré, pâtes protéinées, maïs soufflé au sorgho, tv. Ils étaient tout aussi bons et donnaient au chili une belle saveur. Recettes de courgettes au chili végétarien saines recettes de produits laitiers haricots et légumineuses recettes de maïs recettes de céréales tomates aux champignons. Saupoudrer d'oignons verts et garnir de crème sure.


Source : www.panningtheglobe.com

Je l'ai déjà fait deux fois pour le dîner et je prévois d'en faire un incontournable de ma collection de recettes.


Source : www.andiemitchell.com

Échangez des haricots différents ou utilisez plutôt de la dinde hachée.

Le redémarrage avec le segment robin a soulevé d'excellentes questions, alors j'ai pensé faire un petit récapitulatif et vous donner quelques-unes des recettes dont j'ai parlé dans l'émission.

C'est maintenant notre recette de chili préférée.

Ce n'est pas beaucoup, mais j'ai l'impression que cette recette passe de bonne à excellente.

Ce sont les meilleures recettes de chili faciles et délicieuses à préparer pour la journée nationale du chili 2021.

Trente minutes suffisent pour préparer cet audacieux pot de chili - ne laissez plus mijoter votre mijoteuse le matin et ce dîner copieux est prêt lorsque vous rentrez chez vous.

Déposer le chili sur des macaronis ou des fussili cuits chauds.


Chili Con Carne de Jo & Pratt


2 cuillères à soupe d'huile d'olive
2 oignons, hachés
2 gousses d'ail, écrasées
1 kg de bœuf haché maigre
2 verres de vin rouge
2 boîtes de 400 g de tomates concassées
3 cuillères à soupe de purée de tomates
2 piments rouges, tranchés finement, ou 3-4 cuillères à café de flocons de piment séché
1 cuillère à café de cumin moulu
1 cc de coriandre moulue
1 bâton de cannelle
bon shake de sauce Worcestershire
1 cube de bouillon de boeuf
sel et poivre noir fraîchement moulu
2x400g de haricots rouges en boîte, égouttés
1 gros bouquet de feuilles de coriandre hachées grossièrement
quartiers de lime, pour servir

Recette

1. Faites chauffer l'huile dans une grande casserole à fond épais et faites revenir l'oignon et l'ail jusqu'à ce qu'ils ramollissent. Augmenter le feu et ajouter le hachis, cuire rapidement jusqu'à ce qu'il soit doré et briser les morceaux de viande avec une cuillère en bois. Verser le vin rouge et faire bouillir pendant 2-3 minutes. En attendant, versez-vous un verre.
2. Incorporer les tomates en boîte, la purée de tomates, le piment frais ou les flocons de piment, le cumin, la coriandre moulue, la cannelle et la sauce Worcestershire et émietter dans le cube de bouillon. Bien assaisonner avec du sel et du poivre. Porter à ébullition, couvrir avec un couvercle et cuire à feu doux pendant environ 50 minutes à 1 heure, en remuant de temps en temps jusqu'à ce que le mélange soit riche et épaissi. Ajouter les haricots rouges et la coriandre fraîche. Cuire encore 10 minutes, à découvert, avant de retirer du feu, en ajoutant un assaisonnement supplémentaire si nécessaire. C'est idéal servi avec les quartiers de citron vert et aussi du riz, du pain croûté ou des pommes de terre en chemise, du guacamole, de la crème sure et une grosse salade verte.

Conseils:
Le piment est beaucoup plus savoureux un jour ou deux après sa cuisson à mesure que les saveurs se développent et que la texture devient plus riche. Laissez simplement refroidir, placez au réfrigérateur et chauffez doucement avant de servir. Si vous mangez le piment le jour où vous l'avez préparé, les restes peuvent être congelés en portions individuelles dans des sacs à sandwich bien scellés, puis réchauffés en les faisant bouillir dans une casserole d'eau pendant environ 15 à 20 minutes jusqu'à ce qu'ils soient chauds.


1 commentaire

Diana a fait Chili .. Cela je ne savais pas . Je viens juste de finir les Vincent’s hier et comme vous le savez je le mange sans riz ! Je me souviens vaguement des créneaux de cuisine de Diana, car je me souviens vaguement d'être allé à TV-AM pour des interviews pour divers concerts d'écriture pour des inserts de bandes dessinées que je n'ai jamais eu, Dieu merci. l'endroit était toxique.

Je vais enquêter et je vous tiendrai au courant !

Hourra pour Mr R .. L'exportateur de capsicum !

Rétroliens/Pingbacks

Soumettre un commentaire Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.


Si vous avez des restes de chili con carne, vous pouvez en faire beaucoup.

  • Transformez-le en sandwich grillé ou en un sloppy joe.
  • Préparez une lasagne en superposant les restes de piment entre des feuilles de lasagne à cuisson rapide, en recouvrant d'une sauce au fromage et en faisant cuire au four pendant 25 minutes.
  • Faites des boules de pâte de curry mais remplissez-les de restes de piment au lieu de curry.
  • Faites des chiens au piment en versant le piment sur un hot-dog dans un petit pain.
  • Mélangez les restes de piment avec du riz, versez-les dans des poivrons rouges coupés en deux, saupoudrez de fromage râpé et faites cuire au four pendant 20 minutes.
  • Déposer sur un tas de frites, saupoudrer de fromage râpé et servir avec une portion de guacamole
  • Transformez-la en pizza au piment. Préparez simplement un lot de pâte à 2 ingrédients (obtenez la recette de la pâte à partir de cette recette facile de vetkoek), roulez la pâte en un rond à pizza, étalez-la avec les restes de piment et recouvrez de fromage. Cuire au four pendant 15 minutes.
  • Utilisez-le comme garniture pour les tartes à la main ou les rouleaux de saucisse faits maison. Obtenez la recette de la pâtisserie de ma recette de rouleau de saucisse bolognaise.

L'évolution du Chili con Carne

Tout sur le chili con carne génère une sorte de controverse - l'orthographe du nom, l'origine et l'histoire du plat, les ingrédients appropriés pour une bonne recette, la société impressionnante et les rivalités de cuisson, et même ce que l'avenir réserve au bol o ' rouge. Peut-être que la nature enflammée du plat lui-même est responsable d'une telle controverse, entraînant des hommes et des femmes généralement rationnels dans des frénésies lorsque leur conception de la vérité est remise en question.
En ce qui concerne l'orthographe du plat, les étymologistes nous disent qu'il y a une énorme confusion sur les termes qui décrivent les Capsicums (piments) et les recettes préparées avec eux. « Pour un sujet aussi apparemment anodin », a écrit Sharon Hudgins, rédactrice en chef de Chile Pepper, « une confusion de termes abonde. Faites votre choix d'orthographe : chili(s), chili(s,es), chille(s), chili(s,es), chillie(s), chilley(s), chilly(s,s,s). Ensuite, faites votre choix de significations : un fruit, une baie, un légume, une épice, un plat spécifique (avec de nombreuses variantes) de purée de poivrons doux ou piquants, un plat spécifique (avec de nombreuses variantes) de poivrons doux ou piquants avec de la viande, ou un plat spécifique (avec encore plus de variantes) de viande avec des poivrons (généralement chauds).
Les débats sur l'orthographe sont sans fin, et cette controverse a même fait partie du Congressional Record. Le sénateur Pete Domenici (RN.M.) a noté en 1983 : « Les Néo-Mexicains savent que le 'chili' est ce mélange non comestible de soupe de tomates aqueuse, de cartilage séché, de haricots rouges à moitié cuits et d'une myriade d'ingrédients idiots qui se font passer pour nourriture au Texas et en Oklahoma. Mais au moins Domenici a permis aux Texans d'épeler leur piment avec un i pour le différencier des versions néo-mexicaines du plat.

Armadillo's Breath chili team, de la série originale de Central’s sur le chili.

Les Texans insistent pour épeler à la fois la cosse et le plat avec un i, ce qui est leur prérogative. Les Néo-Mexicains refusent de reconnaître que le mot chili existe même, ce qui est leur droit, et ils épellent la plante, la gousse et le plat avec un e. Dans l'Illinois, pour une raison étrange, le plat s'écrit piment. En fin de compte, disent les vrais chiliheads, peu importe comment vous l'épelez, tant que vous
aimer.
Depuis une dizaine d'années, certains écrivains qui doivent utiliser ces termes assez souvent, comme nous, sont parvenus à un accord informel sur le style. Pour éviter de confondre la plante et la gousse avec le bol o 'rouge, nous utilisons chili, l'orthographe originale hispano-mexicaine, pour désigner la plante et la gousse. Le mot chili signifie le plat de viande et de poivrons. C'est une forme abrégée de chili con came, qui est une curieuse combinaison du chili anglicisé (du chili) et du came espagnol (viande). Il est intéressant de noter que certaines des premières recettes californiennes étaient destinées au came con chili, qui est en fait une description plus précise, en espagnol, du chili d'aujourd'hui.
Notre style n'est pas nouveau. Dès 1949, Arthur et Bobbie Coleman, auteurs de The Texas Cookbook, notaient : « Le plat lui-même, le produit fini, est du chili avec un « 1 » et un « i » à la fin. . . . Le mot chili signifie un piment, le fruit, pas le produit en poudre. Épeler le nom du plat chili conduirait à le confondre avec les ingrédients principaux. …"
Une autre controverse sans cesse débattue est l'origine du bol de rouge lui-même. Les Texans, les Néo-Mexicains et les Arizonans croient que le plat a été inventé dans leur État, et un historien du piment, Bill Bridges, a observé dans The Great American Chili Book : « Il a également été affirmé que le piment a été inventé par l'armée, les Texas Rangers. , des officiers confédérés, des Indiens d'Amérique, une religieuse espagnole, un cuisinier chinois, un cuisinier irlandais, des Canaries, des Tchèques, des Grecs, des Magyars et les montagnards du Caucase.
Des preuves archéologiques indiquent que les piments chili - et leur utilisation culinaire - ont évolué en Amérique du Sud et y ont été domestiqués ainsi qu'au Mexique. Mais malgré des preuves qui révèlent des dizaines de recettes combinant de la viande et des piments, la plupart des auteurs sur le sujet déclarent que le piment n'est pas originaire du Mexique.
Même le Mexique rejette le piment. Le Diccionario de Mejicanismos, un dictionnaire mexicain, l'a défini en 1959 comme : « Un plat détestable vendu du Texas à New York et décrit à tort comme mexicain.
Malgré de telles protestations, la combinaison de viande et de piments dans des concoctions ressemblant à des ragoûts apparaît fréquemment dans la cuisine mexicaine. Elizabeth Lambert Ortiz, dans son livre The Complete Book of Mexican Cooking (1967), a une recette de Chile con Carne à base de piments ancho, qu'elle a décrit comme «un authentique style de cuisine du nord du Mexique. . . par opposition à la version
qui s'est développé au Texas. Dans The Food and Drink of Mexico (1964), George C. Booth a commenté : « Aux États-Unis, le chili con carne est principalement un plat de haricots, mais au Mexique, le chili con carne est un plat de viande généreux.
Les caldillos et les pucheros mexicains (soupes épaisses ou ragoûts), les moles (sauces faites avec une variété de piments) et les ado bos (sauces épaisses) ressemblent souvent au chili en apparence et en goût car ils utilisent tous parfois des ingrédients similaires : différents types de piments combinés avec de la viande (généralement du bœuf), des oignons, de l'ail, du cumin et parfois des tomates. Nous avons rassemblé trois de ces recettes du Mexique, Mole de Olla, Porc en sauce Adobo et Caldillo de Duranguense, pour illustrer leur similitude fondamentale avec le piment.
Il y a même des puristes du chili texan qui admettent à contrecœur – très à contrecœur – une connexion mexicaine. Comme l'a noté l'historien Charles Ramsdell : « Il est vrai que dans le nord du Mexique, ils servent ce qu'ils appellent le chili con came. C'est de la viande mijotée avec une sorte de salsa picante (sauce piquante) versée dessus. Ceci, sans aucun doute, est apparenté à notre piment, à peu près au même degré que l'homme de Néandertal ou l'orang-outang est apparenté à nous. Il peut s'agir d'un ancêtre lointain. Mais ce n'est pas du chili.
Le chili tel que nous le connaissons aujourd'hui n'est peut-être pas originaire du Mexique, mais il y est maintenant. Depuis 1978, le championnat national mexicain Chili Cookoff a eu lieu dans divers endroits de ce pays. La cuisine mexicaine est sanctionnée par l'International Chili Society, ce qui prouve que l'amour du chili est bien international.
Les fanatiques de chili con carne ne sont pas satisfaits d'une théorie banale selon laquelle le chili a évolué à partir de recettes mexicaines. Une étrange histoire sur l'origine possible du piment est apparue dans plusieurs livres, le premier peut-être dans le livre de George et Berthe Herter de 1960, Bull Cook and Authentic Historical Recipes and Practices. L'histoire de la « dame en bleu » raconte celle de sœur Marie d'Agreda, une religieuse espagnole
au début des années 1600 qui n'a jamais quitté son couvent en Espagne mais a néanmoins vécu des expériences hors du corps au cours desquelles son esprit a été transporté à travers l'Atlantique pour prêcher le christianisme aux Indiens. Après l'un des voyages de retour, son esprit a écrit la première recette de chili con carne, que les Indiens lui ont donnée : piments chili, venaison, oignons et tomates.
Seulement un peu moins fantaisiste est la théorie qui suggère que les Canaries, transplantés à San Antonio dès 1731, utilisaient des poivrons locaux et des oignons sauvages combinés avec diverses viandes pour créer des combinaisons de piments précoces. Cette théorie, avancée pour la première fois par H. Allen Smith, affirme que ce sont les Canaries qui ont importé les premiers le cumin, une épice essentielle du chili, aux États-Unis.
Everett Lee DeGolyer, érudit, amateur de chili et multimillionnaire, pensait que le chili con carne du Texas avait pour origine le « pemmican du sud-ouest » à la fin des années 1840. Selon DeGolyer, les Texans ont pilé ensemble du bœuf séché, de la graisse de bœuf, des chiltepins (au Texas, «chilipiquins») et du sel pour faire de la nourriture de piste pour le long trajet vers San Francisco et les champs aurifères. Le mélange concentré et séché a ensuite été bouilli dans des casseroles le long du sentier comme une sorte de «piment instantané».
Comme l'a noté Bill Bridges, "Il semble évident que le chili proviendrait d'un approvisionnement abondant de ses deux ingrédients principaux, la viande et le chili." Bridges a cité Mexican Gold Trail, le journal de George W. B. Evans, qui, au milieu des années 1800, a mentionné une concoction semblable au piment. "Le bœuf est préparé pour le long voyage en le battant avec du saindoux et du poivre", a écrit Evans.
« Une petite pincée de ça. . . jeté dans une casserole ou une bouilloire d'eau bouillante avec un peu de farine ou de semoule de maïs pour épaissir, satisfera les besoins de six hommes à tout moment et c'est un plat très apprécié de tous. Cette référence peut être l'une des premières mentions écrites du piment, mais pas par son nom. Cette prémisse du pemmican a même une incarnation moderne : le chili en brique, une concoction très grasse qui, à cause d'une livre de suif, se solidifie en une brique lorsqu'elle refroidit.
Une variante de la théorie du pemmican soutient que les cow-boys ont inventé le chili en conduisant du bétail le long des sentiers longs et solitaires. Soi-disant, les cuisiniers planteraient de l'origan, des piments et des oignons parmi des plaques de mesquite pour protéger les ingrédients du bétail. La prochaine fois qu'ils passaient sur le même sentier, ils ramassaient les épices, les combinaient avec du bœuf (quoi d'autre ?)
Selon un autre historien du piment, Robert Stuart, de grands pots de ce piment ont été mélangés avec un "piment" qui avait absorbé les saveurs et le piquant du piment et ne pouvait donc pas être utilisé pour remuer d'autres aliments. Une autre variante de la théorie des cow-boys soutient que le chili descend du « ragoût de fils de pute », une concoction faite à partir des organes internes d'un veau fraîchement tué.
ou cerf.
Certains spécialistes du chili pensent que les anciens cuisiniers de charrettes, qui savaient que les promenades sur sentiers seraient bientôt un phénomène du passé, ont ouvert les premiers joints de chili dans les villes de vaches le long des sentiers. John Henderson, un historien occidental, a décrit un ancien joint de chili comme « environ vingt-cinq pieds de large, la moitié de sa longueur, avec un petit espace à l'arrière séparé pour masquer la cuisinière et cacher
le manque d'assainissement.
Joe Cooper a noté que «à la fin du siècle précédent, presque toutes les villes du Texas avaient leur quota de restaurants qui mettaient l'accent sur le chili. Un nombre incroyable était détenu par des gars nommés Joe. Ils gardaient les recettes avec une jalousie passionnée.
Sam Pendergrast, le créateur du « piment zen », a été sevré aux piments de café. Il a rappelé dans le magazine Chile Pepper : « À Abilene, où j'ai grandi dans les années 1940, les meilleurs cafés chili étaient le Green Frog près de Fourth and Pine, le merveilleusement exotique Canton Cafe plus au sud sur Pine, le Grape Inn à Tenth and Grape, et le Dixie Pig à South 14th et Butternut. Ils servaient tous le même chili - rouge sang, avec un arôme de cominos qui pouvait être respiré à au moins un pâté de maisons, de gros morceaux de viande dans lesquels vous pourriez vous mettre les dents (avec des morceaux de cartilage) et une sauce riche contenant au moins un huitième de pouce de graisse qui absorberait facilement un quart de craquelins, même aux prix des années 40.
L'armée américaine a souvent été créditée d'avoir été à l'origine du chili, mais de nos jours, cette théorie est généralement écartée. Selon le spécialiste du piment John Thorne, « les soldats de l'armée américaine à la frontière occidentale mangeaient du piment depuis la guerre avec le Mexique (1846), mais pas nécessairement dans leurs mess. La première publication de l'armée à donner une recette de chili a été publiée en 1896, le
Manuel pour les cuisiniers de l'armée (War Department Document #18). Avant la Première Guerre mondiale, l'armée avait ajouté de l'ail et des haricots avant la Seconde Guerre mondiale, des tomates.
L'explication la plus probable de l'origine du chili con carne au Texas combine l'héritage de la cuisine mexicaine avec les rigueurs de la vie à la frontière du Texas. La plupart des historiens s'accordent à dire que la première description écrite du piment vient de J. C. Clopper, qui vivait près de Houston. Il a écrit à propos de sa visite à San Antonio en 1828 : « Quand ils (les familles pauvres de San Antonio) doivent payer leur viande au marché, on en fait très peu pour suffire à la famille, elle est généralement coupée en une sorte de hachis avec presque autant de poivrons qu'il y a de morceaux de viande, tout cela est mijoté ensemble.
À l'exception de cette citation, qui ne mentionne pas le nom du plat, les historiens de la chaleur ne peuvent trouver aucune preuve documentée de piment au Texas avant 1880. À cette époque, à San Antonio, un marché municipal, El Mercado, fonctionnait sur Military Plaza. L'historien Charles Ramsdell a noté que «les premiers stands de piments branlants» ont été installés sur ce marché, avec des bols de rouge vendus par des femmes appelées «reines du piment».
« Les légendaires chili queens », continua Ramsdell, « belles, badineuses, mais vertueuses, firent leur première apparition. Toute la nuit, ils ont cuisiné, servi et flirté dans l'éclat pittoresque des lanternes en étain martelées à la main, dans la brume savoureuse qui s'élevait des récipients en argile sur les braseros à charbon.
Alexander Sweet, un chroniqueur du journal de San Antonio, a décrit Military Plaza et les stands de chili en 1885 : « Il verra un éventail de tables et de bancs, et il sera assailli par l'odeur de quelque chose en train de cuisiner. Au coin du feu se trouvent de nombreux pots et bouilloires, autour desquels se trouvent des figures féminines sombres et des visages évocateurs des « soeurs étranges » dont les penchants culinaires étaient tels
une source d'agacement pour MacBeth. Ce sont les stands du chili con carne, où cette viande délicieuse est vendue à tous ceux qui ont l'argent et l'envie de les fréquenter.
Un bol de rouge coûtait aux visiteurs comme O. Henry et William Jennings Bryan un simple centime et était servi avec du pain et un verre d'eau. O. Henry a écrit plus tard une nouvelle sur les stands de chili intitulée "Le baiser enchanté". Dans ce document, un jeune commis de pharmacie de San Antonio mange du chili dans le mercado et hallucine (une autre expérience hors du corps) qu'il est l'ancien capitaine de l'équipe espagnole
militaire au Mexique qui est restée immortelle depuis 1519 en mangeant du chili con carne ! Les prétendues propriétés hallucinogènes (bière ?) et allongeant la vie (chili ?) du piment sont encore aujourd'hui très débattues lors des cuissons au piment.
Compte tenu de la popularité du plat, sa commercialisation était inévitable. Quelque part entre 1877 et 1882 (aucun historien du piment ne semble avoir compris celui-ci), William G. Tobin de San Antonio, Texas, a produit (vraisemblablement dans sa maison) le premier piment en conserve, le Chili-Con-Carne de W.G. Tobin. En 1884, il avait construit et était sur le point d'ouvrir la première usine de conserves de piment, la Tobin Canning Company à San Antonio, mais il est décédé et le projet d'usine a échoué. Incidemment, la première recette de chili imprimée est apparue dans le livre de cuisine de Mme Owen en 1880.
Le chili est devenu très populaire dans le système pénitentiaire du Texas entre 1890 et 1900, donnant à certains l'idée que le plat est né derrière les barreaux. L'historien du chili Floyd Cogan nous en donne la raison : « Sinon, comment pourriez-vous prendre des morceaux de viande mauvais ou bon marché, ajouter des piments, des épices et des herbes et leur donner un goût de premier ordre ? Selon Cogan, les détenus ont évalué les prisons en fonction du chili qui a été servi, et après avoir purgé leur peine, ils ont répondu aux prisons pour obtenir des recettes. "Certains, nous dit-on", a ajouté Cogan, "ont tellement manqué qu'ils ont commis des crimes juste pour retourner en prison afin qu'ils puissent à nouveau faire le plein de vrai chili de prison du Texas."
La renommée du chili con carne a commencé à se répandre et le plat est rapidement devenu une attraction touristique majeure, faisant son apparition dans les restaurants mexicains de tout le Texas et d'ailleurs. À l'Exposition universelle de Chicago en 1893, un bol rouge était disponible au « San Antonio Chili Stand ».
À cette époque, la poudre de chili commerciale a été créée, mais l'histoire ne sait pas qui l'a réellement inventée. Certains historiens du chili attribuent l'invention de la poussière rouge à DeWitt Clinton Pendery de Fort Worth, qui a commencé à vendre sa propre marque de poudre « Chiltoline » aux cafés et aux hôtels au début des années 1890. C'est Pendery qui a noté dans sa publicité : « Les propriétés bénéfiques pour la santé des piments forts n'ont pas d'égal. Ils tonifient le tube digestif, régulent les fonctions, donnent un appétit naturel et favorisent une action saine des reins, de la peau et des lymphatiques. La société Pendery, d'abord appelée The Mexican Chilley Supply Company, a ensuite changé son nom en Pendery's, et elle est toujours ouverte et vend de la poudre de chili (et de nombreuses autres épices) aujourd'hui à Fort Worth.
D'autres sources insistent sur le fait que c'est William Gebhardt de New Braunfels, au Texas, qui a produit la première poudre de chili emballée en 1894. Deux ans auparavant, Gebhardt avait ouvert un café à l'arrière du Miller's Saloon et avait découvert que le chili était la nourriture préférée de ses clients. Mais le piment était un aliment de saison car les piments du pays n'étaient disponibles qu'après la récolte d'été. Gebhardt a résolu le problème en important des piments ancho mexicains afin de pouvoir servir le plat toute l'année.
Au début, Gebhardt a passé les piments trois fois dans un hachoir à viande maison. Plus tard, selon une description de l'époque, Gebhardt « a concocté une poudre de chili dans un moulin brut en broyant des piments chili, des graines de cumin, de l'origan et du poivre noir dans un vieux moulin à marteaux, en nourrissant un peu de ceci et un peu de cela pour le moulin. What came out was put in little-necked bottles and then
packed in a box for retail.” At first he called the product “Tampico Dust,” but he later changed the name to “Gebhardt’s Eagle Chili Powder.”
In 1896, Gebhardt opened a factory in San Antonio and was producing five cases of chili powder a week, wliich he sold from the back of his wagon as he drove through town. He was also an inventor, and eventually patented thirty-seven machines for his factory. By 1899, Gebhardt had received U.S. trademark number 32,329 for his Eagle Chili Powder. The Gebhardt brand is still in existence today.
The turn of the century witnessed a surge in the popularity of chili. Hodge Chili was canned in St. Louis, Missouri, in 1905, and in 1908, Ike’s Chili House opened in Tulsa, Oklahoma. That establishment is still open at 712 South Boston Street. Lou Priebe, a regular customer there (and also a judge at the Blue Grass Chili Festival) commented on the establishment: “Chili was the ‘soul food’ of the Okies. During the Depression you could go into Ike’s and get a bowl of chili for a quarter, and it was the main meal of the day.”
William Gebhardt’s own brand of chili was canned in San Antonio in 1908 (some say 1911), and “chile con carne” was first defined in an American dictionary in 1909, according to Joe Cooper. It was “a Mexican dish consisting of minced red peppers and meat.” Another definition (not in a dictionary) referred to the bowl o’ red as “the devil’s soup,” an allusion to the hot chiles in it.
By 1917, Walker’s Red Hot Chile con Carne was being canned in Austin, Texas— note the e in chile. During the following year, Walker’s was producing forty-five thousand cans of chili a day. In 1921, Wolf Brand Chili was being canned in Corsicana, Texas.

About this time, the popularity of the bowl o’ red began to spread, and the first chili emporium opened in Cincinnati in 1922 (some say 1923), the Empress Chili Parlor. According to chili historian F. Starr, “ Cincinnati chili was concocted in October, 1922, by a man who had never eaten a bit of Texas chili, and it has been made ever since by people immunized against it by geography
et culturel. »
En effet. The easterners began serving the chili in strange ways, which, of course, forever earned them the scorn of Texans. One-Way chili was straight, Cincinnati-style chili. Two-Way was served with spaghetti under the chili. Three-Way added cheese on top. Four-Way added onions to the spaghettiand-cheese chili, and Five-Way added beans to the spaghetti base!
Back in Texas, the chili queens were banned from selling in San Antonio in 1937 for health reasons— public officials objected to flies and poorly washed dishes. They were restored by Mayor Maury Maverick (a real name, folks—unbranded cattle were named after his dad) in 1939, but their stands were closed again shordy after the start of World War II.
Chili continued to be mentioned occasionally— and erroneously— as late as 1964, when William I. Kaufman, in his book Recipes from the Caribbean and Latin America, wrote in his recipe for Fiesta Chili con Carne: “The best known of all Mexican dishes, chili con carne, may also be eaten with rice instead of beans.”
The Texans, however, never forgot their culinary heritage, and in 1977 the Texas Legislature proclaimed chili con carne to be the “Official Texas State Dish.” Incidentally, in 1993, the Illinois State Senate passed a resolution proclaiming that Illinois was to be the “ Chilli [sic] Capital of the Civilized World,” a move that outraged Texans.
During the 1980s, San Antonio began staging what they call “historic reenactments” o f the chili queens, complete with some of the original queens, such as songstress Lydia Mendoza, who serenade the chili eaters. The “Return of the Chili Queens Festival,” held each year in Market Square, recreates the era of the chili queens and celebrates the dish that, no matter what its origin, will live forever in the hearts, minds, and stomachs of Texans.

Editor’s Note: This is just the tip of the chili iceberg. Find out more in Dave DeWitt’s Hot & Spicy Chili, which you can pick up here.

Perfect chilli

Felicity's perfect chilli con carne. Photographie : Felicity Cloake pour le Guardian

Tradition may frown upon it, but I think chilli works best with minced meat – that yielding texture, reminiscent of wholesome hominy grits, is as much a part of my conception of the dish as the slightly mealy beans that bulk it out.

I'm adding smoky spice and coffee, like Jamie, and a generous level of garlic, as a nod to the basic recipe, but the overall character of my chilli owes much to both the Chilli Queens and James E Cooper, stripped of tomatoes, but heavy on peppers and aromatic oregano. An Anglo-Texican hybrid, if you like – and just the thing for a jacket potato. (NB: the chillies and Mexican oregano are available to order online if you can't find them in the real world.)

Beef dripping or vegetable oil, to fry
1kg mince
2 oignons, tranchés finement
5 gousses d'ail, émincées
500ml freshly brewed coffee
2 chipotle chillies
2 ancho chillies
1 cuillère à café de graines de cumin, grillées
1 cuillère à soupe d'origan mexicain
1 tbsp dark brown muscovado sugar
2 tsp chilli powder, or to taste
2 fresh long green chillies
400g cooked kidney beans

1. Heat the fat in a large, heavy-bottomed pan on a high heat, then brown the mince in batches, stirring regularly: don't crowd the pan, or it will steam rather than brown. Add the onions and stir fry briefly, until slightly browned.

2. Turn the heat down and add the garlic. Stir and cook until the onion has completely softened, then add the coffee and a generous pinch of salt and simmer, covered, for 2 hours.

3. Meanwhile, cut the stalks off the dried chillies and take out the seeds. Grind together in a pestle and mortar with rock salt and the roasted cumin seeds. Stir in the oregano and chilli powder.

4. Add the spices to the pan along with the sugar fresh chillies and simmer, partially covered, for another half hour, adding a little water if it seems dry, or you prefer a saucier chilli. 10 minutes before the end of cooking, add the beans, taste, and adjust the seasoning and spicing if necessary. If possible, leave overnight and reheat to serve.

Does the British version of chilli con carne have its own merits, or is it an affront to one of the southwest's proudest pieces of culinary heritages? Do tomatoes add anything to the dish – and what about the vexed question of beans? And what do you serve it with: rice, tortillas, or a big plate of chips?


Joe Wicks shares five delicious meat-free recipes to help you lose weight

HIS cookbooks are best­sellers and Joe Wicks reckons his new vegetarian offering will hit the spot too.

On day two of our serialisation of the fitness coach’s latest book, Veggie Lean in 15, Joe tells how the timing feels right to release a collection of weight-loss veg-only dishes as more people are cutting down on meat.

Joe, 32, says: “If you would’ve told me five years ago that I’d be releasing a whole book of veggie and vegan recipes I’d have said, ‘You’re having a larf’, but it’s my best project in years.

“The timing is right. A few years ago I shared a couple of veggie recipes on social media and people weren’t interested.

“It’s not like the world has gone veggie overnight, but people are just up for reducing their meat intake.

“I’ve designed this book mainly for meat-eaters like me. It’s a stepping stone for people who want more plants in their diet, but don’t know how to make that healthy and exciting.

“Whenever I used to pick up a veggie recipe book I found it very daunting. It was foreign to me and the recipes were always complicated. This book is classic Lean in 15 — going back to basics, removing the protein ­sources and showing you recognisable meals, just without meat. It’s about encouraging people to give it a go.”

Joe, whose new book contains 75 veggie and 25 vegan recipes — five of which we have included on this page — says it is all about breaking out of the “meat habit”.

He explains: “I still eat a burger or steak when I go out, but I’ve massively cut down and only eat half the meat I used to.

“Before, I’d have meat with every meal. Eggs and bacon for breakfast, fish for lunch and steak for dinner. When I’ve had a good balanced veggie or vegan meal, I sleep better, feel less bloated and my energy lasts longer. It’s an emotional thing for me. I love food so much, so if I know I’m being more mindful, more sustainable and I’m spending less money, it’s a good feeling.”


32+ Betty Crocker Cookbook Chili Recipe Background

32+ Betty Crocker Cookbook Chili Recipe
Contexte
. We enjoy ours served over fritos with cheese and sour cream on top. Find easy to make recipes and browse photos, reviews, tips and more.

Betty Crocker Junior Cookbook And Chili Con Carne Recipes Tasty Query from static.tastyquery.com

Although children's cookbooks had existed since the late nineteenth century. The new and revised edition of betty crocker's cookbook was developed especially for the new you. Published in 1950, betty crocker's picture cook book was a hit.

Get your favorite recipes — and even shopping lists — in the kitchen, at the.

Trusted meaty chili recipes from betty crocker. Get your favorite recipes — and even shopping lists — in the kitchen, at the. This is a really good chili recipe from betty crocker's slow cooker cookbook. Read 312 reviews from the world's largest community for readers.

The betty crocker cookbook is a cookbook written by staff at general mills, the holders of the betty crocker trademark.


Source: life-in-the-lofthouse.com

This is a really good chili recipe from betty crocker's slow cooker cookbook.


Source: lh5.googleusercontent.com

Shop for betty crocker cookbook online at target.

This recipe is from my great grandmother.

Betty crocker™ dessert decorating & specialty products.

Betty crocker cookbook by betty crocker (1950).


Source : images-gmi-pmc.edge-generalmills.com

Celebrating recipe creation, food inspiration and the magic of the betty crocker kitchens.

2 stalks of celery (sliced) and 1/2 tsp red pepper sauce may also be added this recipe, but we never put drain, stir in tomatoes (with liquid), chili powder, salt, sugar, worcestershire sauce.


Source : images-gmi-pmc.edge-generalmills.com